All news
|
Print
08 août 2013 - Media release

Des trafiquants d’êtres humains, de drogues et d’armes ciblés par des opérations dans toute l’Afrique orientale et australe

KENYA/ZIMBABWE – Une opération menée en Afrique orientale et australe contre divers types d’infractions transfrontalières a permis de porter secours à des victimes de la traite d’êtres humains, de saisir des drogues, des armes et des véhicules volés, et de récupérer des marchandises faisant l’objet de trafics, dont de l’ivoire et des diamants.

Sous le nom de code « Usalama » – qui veut dire « sécurité » –, l’opération a été conduite par l’Organisation de coopération des Chefs de police d’Afrique de l’Est (OCCPAE) et l’Organisation de coopération régionale des Chefs de police d’Afrique australe (SARPCCO), avec le soutien d’INTERPOL.

On compte parmi ses premiers résultats l’aide apportée à plus de 300 victimes de la traite d’êtres humains et l’arrestation de 38 suspects en Éthiopie, 28 autres victimes de la traite ayant été secourues et 15 suspects arrêtés en Ouganda. L’opération a également abouti à l’identification de centaines d’immigrants illégaux.

Des AK-47 figurent au nombre des armes récupérées en Tanzanie et en Ouganda, et d’autres armes ont été saisies au Burundi et au Swaziland. Des milliers de vérifications ont été effectuées dans la base de données d’INTERPOL sur les véhicules volés, aboutissant à toute une série de signalements positifs concernant des véhicules dont le vol avait été signalé dans plusieurs pays parmi lesquels le Japon, la Malaisie, l’Afrique du Sud et le Royaume-Uni.

Il convient également d’ajouter à la liste des résultats de l’opération la saisie de 12 défenses d’éléphants au Mozambique et en Tanzanie, l’arrestation d’une femme détenant six kilogrammes d’héroïne à l’aéroport international de Nairobi, la destruction d’une cinquantaine d’hectares de plantations de cannabis au Soudan du Sud, en Tanzanie et en Ouganda, ainsi que l’identification d’un individu soupçonné de se livrer au trafic de diamants au Botswana.

« Mon expérience en tant que chef de police est que, finalement, toute infraction est intrinsèquement transnationale et transfrontalière. Il faut donc plus que jamais collaborer pour combattre avec succès les infractions nationales et transnationales », a déclaré le Général Kale Kayihura, Directeur général de police et Président de l’OCCPAE.

« Les bons résultats de l’Opération Usalama montrent que si nous voulons réussir, nous pouvons et devons conjuguer nos efforts, non seulement au niveau régional de l’OCCPAE et de la SARPCCO mais dans toute l’Afrique », a conclu M. Kayihura.

M. Saidi Ally Mwema, Directeur général de la police tanzanienne et Président de la SARPCCO a déclaré : « Cette alliance exceptionnelle de la SARPCCO et de l’OCCPAE dans le cadre de l’Opération Usalama a été un succès incontestable dont l’ampleur se mesure aux résultats ».

« L’opération a rassemblé des fonctionnaires des services des douanes et de l’immigration ainsi que de l’Intelligence Security Servicetanzanien, sous la direction de la police. Nous pouvons envisager avec optimisme l’organisation de nouvelles opérations de ce type montrant qu’ensemble, en tant que région, nous sommes en mesure de lutter contre la criminalité avec encore plus d’efficacité », a ajouté M. Mwema.

Avec le soutien des Bureaux régionaux de Nairobi et Harare, plusieurs séances de briefing ont été organisées avant les déploiements afin de mettre en commun les renseignements disponibles sur les questions de criminalité régionales et nationales, de cerner les tendances et de former les intervenants à l’utilisation des outils et services mondiaux d’INTERPOL qui allaient être employés pendant les trois jours (16 - 18 juillet) qu’a duré l’opération.

« L’Opération Usalama a été une réponse forte et coordonnée des services chargés de l’application de la loi aux défis préoccupants que représentent les infractions transnationales en Afrique orientale et australe », a déclaré M. Francis Rwego, Chef du Bureau régional de Nairobi.

« Des centaines de victimes de la traite d’êtres humains ont été secourues, des drogues et des armes retirées des rues et des malfaiteurs dangereux arrêtés pendant cette opération, qui a pu être menée grâce à l’impulsion donnée par l’OCCPAE et la SARPCCO », a ajouté M. Rwego.

« Le dévouement de l’ensemble des fonctionnaires des services chargés de l’application de la loi ayant participé à l’Opération Usalama a permis cette réussite et prouve l’efficacité de la coopération régionale et nationale », a indiqué M. Chilika Simfukwe, Chef du Bureau régional INTERPOL de Harare.

« INTERPOL se tient prêt à apporter une aide et un soutien constants aux services chargés de l’application de la loi, dans toute la région et au-delà », a conclu M. Simfukwe.

Les enquêtes se poursuivent et des résultats actualisés seront présentés lors des prochaines réunions de l’OCCPAE et de la SARPCCO.

Les pays membres de l’OCCPAE ayant pris part à l’opération sont : le Burundi, l’Érythrée, l’Éthiopie, le Kenya, l’Ouganda, le Rwanda, les Seychelles, le Soudan, le Soudan du Sud et la Tanzanie.

Les pays membres de la SARPCCO ayant participé à l’opération sont : le Botswana, le Malawi, Maurice, le Mozambique, le Swaziland, la Tanzanie et la Zambie.