All news
|
Print
18 juillet 2013 - Media release

Des réseaux organisés démantelés lors d’une série d’opérations menées par INTERPOL contre le commerce illicite

Ouverture d’enquêtes pour blanchiment, corruption et trafic d’armes à feu suite à plusieurs milliers d’arrestations opérées sur quatre continents


LYON (France) – Des réseaux organisés se livrant au commerce illicite et à la contrefaçon à l’échelle industrielle ont été démantelés et plus de 6 000 personnes interpellées à la suite d’une série d’opérations menées par INTERPOL dans les Amériques, en Afrique, en Asie et en Europe.

Quelque 24 millions de contrefaçons d’une valeur de près de 133 millions d’USD ont été saisies lors des opérations ayant pour nom de code Black Poseidon II (Europe), Etosha (Afrique), Hurricane (Asie) et Pacific (Amériques), coordonnées par le service d’INTERPOL chargé de la lutte contre le trafic de marchandises illicites et la contrefaçon, de début mai à fin juin.

« Le trafic de marchandises illicites et la contrefaçon ne se résument pas aux profits réalisés par les réseaux du crime organisé ; il est aussi question des dangers bien réels que constituent ces produits pour la santé et la sécurité publiques », a déclaré Michael Ellis, le chef du service d’INTERPOL chargé de la lutte contre le trafic de marchandises illicites et la contrefaçon.

« De l’alcool, de l’huile de cuisine et des moteurs de contrefaçon ont été saisis au cours de ces opérations, et aucun de ces produits n’a fait l’objet d’un quelconque contrôle de qualité. Ces marchandises, et d’autres produits illicites et de contrefaçon, représentent un risque important pour les particuliers sans méfiance qui ne savent pas que ce qu’ils achètent n’a pas été fabriqué légalement ni n’a fait l’objet de contrôles de sécurité », a-t-il ajouté.

« Des enquêtes étant désormais ouvertes sur de possibles faits de blanchiment et de corruption, ces opérations ont une fois de plus mis en évidence les enjeux plus larges associés au commerce illicite et à la contrefaçon.

« Elles viennent aussi rappeler ce qui peut être réalisé lorsque les services chargés de l’application de loi collaborent et présentent un front uni pour lutter contre les groupes criminels se livrant au commerce illicite », a conclu M. Ellis, saluant l’action de tous les services nationaux ayant participé aux opérations.

Hurricane, la toute première opération menée par INTERPOL contre le commerce illicite en Asie, a permis d’obtenir plusieurs succès importants. Dans le sud de la Chine, une chaîne logistique tout entière permettant la distribution de faux shampoing et de faux dentifrice, et représentant 21 sites de production, des avions, des camions porte-conteneurs, des trains et des sites Web exploités par huit réseaux criminels a été fermée.

Dans le nord de la Chine, un réseau organisé à l’origine de dix fabriques illicites de faux rasoirs a été mis au jour et démantelé, et près de sept millions de contrefaçons estimées à environ 41 millions d’USD ont été retrouvées. Un deuxième réseau organisé se livrant à la production de fausse huile de cuisine dans cinq provinces différentes a également été neutralisé, ce qui a abouti à l’arrestation de 42 personnes et à la fermeture de 56 sites.

En Thaïlande, plus de 400 personnes ont été interpellées dans le cadre de 430 interventions ciblant des vendeurs ambulants et des détaillants qui écoulaient des contrefaçons de vêtements, de DVD et d’appareils électriques. Au Viet Nam, la Police métropolitaine de Hanoï a arrêté un individu lié à des produits électroniques illicites d’une valeur de 6 millions d’USD.

Plus de 3 000 arrestations ont eu lieu en Turquie lors de l’opération Black Poseidon II, la police et la douane ayant saisi près de 12 millions de paquets de cigarettes de contrebande.

Des marchandises de contrefaçon et de contrebande d’une valeur d’environ 26 millions d’USD ont été saisies et près de 200 personnes ont été interpellées ou font l’objet d’une enquête en Pologne.

En Ukraine, des policiers ont mis au jour une manufacture de tabac clandestine dissimulée sous terre et saisi 250 000 paquets de fausses cigarettes. En Roumanie, les professionnels de l’application de la loi ont récupéré près de 22 millions de cigarettes et 2 150 kg de feuilles de tabac outre les 136 véhicules utilisés pour le trafic illicite qu’ils ont saisis.

L’opération Etosha en Namibie a abouti à la saisie de 200 000 articles illicites ou de contrefaçon, dont des vêtements, du parfum, de l’alcool, des cigarettes, des téléphones portables et des jouets d’une valeur de plus de 4 millions d’USD, et quelque 90 personnes, dont 31 immigrants illégaux, ont été arrêtées.

Une machine utilisée pour effacer et modifier la date d’expiration sur des conteneurs de denrées alimentaires, d’où le risque que des personnes sans méfiance consomment à leur insu des produits potentiellement dangereux, a également été saisie. Une enquête pour suspicion de blanchiment a été ouverte après la saisie de plus de 300 000 USD en espèces, qui s’ajoute à une autre enquête sur des faits de corruption passive et active.

Dans les Amériques, l’opération Pacific a permis à la police colombienne de fermer deux distilleries clandestines produisant des versions frelatées de boissons réputées, alcoolisées ou non, tandis qu’étaient saisies, au Chili, quelque 94 000 bouteilles de bière de contrefaçon.

La police fédérale a interpellé, au Brésil, trois individus soupçonnés de fournir des armes à feu illicites à des gangs organisés opérant dans des villes comme Rio et Sao Paulo, et a saisi des fusils de chasse, des carabines, des munitions, des silencieux et des lunettes télescopiques. Les policiers dans la région des trois frontières – Argentine, Brésil et Paraguay – ont également saisi de grandes quantités de tabac illicite, de téléphones mobiles et de faux parfum.

À Lima, les policiers péruviens ont mis au jour un atelier clandestin apposant de fausses marques sur des moteurs illicites importés de Chine, avant de les vendre à des consommateurs sans méfiance en les faisant passer pour des produits authentiques.

Lancé en juin 2012, le Programme INTERPOL de lutte contre le trafic de marchandises illicites et la contrefaçon vise à mettre au jour, déstabiliser et démanteler les organisations criminelles transnationales responsables du commerce illicite. Ses activités principales consistent à coordonner des opérations régionales et mondiales, et à dispenser des formations spécialisées aux services chargés de l’application de la loi. Rien qu’en 2012, 450 participants issus de la police, des douanes et des organismes de contrôle de 30 pays ont bénéficié de ces formations.

Une assistance juridique spécialisée peut être fournie à la demande des pays membres, alors que le Programme travaille également avec le secteur privé pour mettre en place des services innovants. Preuve de l’importance de la participation des entreprises,Philip Morris Internationals’est engagé à verser 15 millions d’EUR sur trois ans pour aider à la mise en œuvre du programme.

« Les partenariats d’une organisation et les soutiens qu’elle reçoit lui permettent d’accroître considérablement son efficacité, comme le montrent clairement les résultats obtenus tout au long de l’année écoulée », a déclaré M. Ellis.

« Nous encourageons d’autres partenaires et entités du secteur privé à se rapprocher d’INTERPOL pour apporter leur expertise et aussi étudier la possibilité d’un soutien financier si nécessaire, afin que l’Organisation puisse continuer à remplir avec efficacité ce qui constitue sa mission première, à savoir identifier et arrêter les malfaiteurs, et protéger la société », a-t-il ajouté.

Les pays et territoires suivants ont participé aux opérations menées par INTERPOL :

  • Black Poseidon II – Bélarus, Moldova, Pologne, Roumanie, Turquie, Ukraine ;
  • Etosha – Namibie ;
  • Hurricane – Chine, Hong Kong (Chine), Fidji, Inde, Indonésie, Philippines, Thaïlande, Viet Nam ;
  • Pacific – Brésil, Chili, Colombie, Équateur, Panama, Pérou.