All news
|
Print
09 juillet 2013 - Media release

La menace grandissante de la cybercriminalité au centre de la visite des Fidji à INTERPOL

LYON (France) – Le Directeur de la Police fidjienne, leBrigadier GeneralIoane Naivalurua, s’est rendu en visite au siège du Secrétariat général d’INTERPOL pour débattre des questions de criminalité auxquelles est confronté cet État insulaire, soulignant le rôle actif du pays dans la coopération policière internationale.

Accompagné du Directeur adjoint de la Police fidjienne, M. Ulaiasi Tira Ravula, M. Naivalurua s’est entretenu avec le Secrétaire Général d’INTERPOL, M. Ronald K. Noble, au sujet du rôle moteur des Fidji pour promouvoir la sécurité dans tout le Pacifique Sud et dans le monde entier, en particulier dans les domaines de la cybercriminalité et de la formation de police.

Cette visite historique d’un chef de la Police fidjienne au siège d’INTERPOL – la première depuis l’adhésion du pays à l’Organisation, il y a plus de 40 ans – faisait suite à la visite du Secrétaire Général d’INTERPOL aux Fidji, en février 2013.

Le chef d’INTERPOL a félicité les Fidji, qui cherchent à jouer un rôle de premier plan au niveau régional dans la lutte contre la cybercriminalité grâce à la création d’un centre de formation spécialisé au sein de leur école de police régionale. Les Fidji mettront également à disposition un fonctionnaire rompu à la lutte contre la cybercriminalité au Centre de lutte contre la criminalité numérique du Complexe mondial INTERPOL pour l’innovation (CMII), à Singapour.

« Les malfaiteurs utilisent de plus en plus Internet pour commettre leurs méfaits sous le couvert de l’anonymat et sans se soucier des juridictions internationales ni des frontières. Les Fidji sont déterminées à travailler avec INTERPOL et l’ensemble de la communauté policière mondiale afin de lutter contre ces nouvelles formes de criminalité qui menacent la sécurité des citoyens de tous les pays », a déclaré M. Naivalurua.

Le Secrétaire Général a attiré l’attention sur une récente affaire dans laquelle les autorités fidjiennes et chinoises ont collaboré en vue d’arrêter trois malfaiteurs en fuite chinois recherchés pour trafic de stupéfiants et autres infractions connexes – dont un faisait l’objet d’une notice rouge INTERPOL – à l’aéroport international des Fidji. Une vérification effectuée dans les bases de données d’INTERPOL a permis de découvrir que l’individu en question tentait d’entrer sur le territoire avec un faux passeport.

« Cette affaire souligne la nécessité de la collaboration policière internationale et la façon dont les outils et services mondiaux d’INTERPOL peuvent être mis à profit pour localiser et arrêter des fugitifs internationaux. Que ceci serve de leçon aux malfaiteurs du monde entier : où que vous tentiez de vous cacher, sachez que toutes les polices du monde travailleront de concert afin que vous ne puissiez pas vous soustraire à la justice », a affirmé le chef d’INTERPOL.

Faire en sorte que sa police ait les compétences nécessaires pour lutter efficacement contre toutes les formes de criminalité transnationale est une priorité pour les Fidji. Le pays a récemment participé à des formations INTERPOL sur le trafic de marchandises illicites et la contrefaçon, les scènes de crime et l’antiterrorisme.

Manifestant son engagement en faveur de la coopération mondiale entre les services chargés de l’application de la loi, les Fidji ont officiellement reconnu, en mai dernier, le Document de voyage INTERPOL, faisant bénéficier ses titulaires d’une dispense de visa afin de faciliter la mise en œuvre d’une aide d’urgence à destination des pays membres d’INTERPOL. À ce jour, plus de 62 pays reconnaissent le Document de voyage INTERPOL.