All news
|
Print
17 avril 2013 - Media release

Le renforcement de la réponse policière mondiale aux nouveaux défis de la criminalité au centre d’une réunion INTERPOL

L’attentat du marathon de Boston : un réveil brutal pour le monde entier, selon le chef d’INTERPOL


LYON (France) – S’adressant à quelque 280 délégués de 156 pays à l’occasion de la 9ème Conférence des Chefs des Bureaux centraux nationaux (B.C.N.) d’INTERPOL, la Présidente de l’Organisation, Mme Mireille Ballestrazzi, a déclaré que la criminalité contemporaine est plus que jamais caractérisée par sa dimension transnationale.

« INTERPOL doit avoir une vision globale pourtant proche des réalités locales. C’est la raison pour laquelle l’Organisation n’a pas de réponse unique à proposer, mais des réponses, en fonction du type de criminalité que connaît chacun de nos pays membres, adaptées aux spécificités des forces de police nationales », a déclaré Mme Ballestrazzi.

Le Secrétaire Général d’INTERPOL, M. Ronald K. Noble, a déclaré aux hauts responsables de police venus du monde entier que le récent attentat du marathon de Boston rappelle de façon douloureuse et effrayante les défis auxquels toutes les polices du globe doivent faire face, et qu’il constitue « un réveil brutal pour ceux qui pensaient que la menace terroriste avait faibli ».

« Peu importe le nombre de jours, de semaines, de mois ou d’années écoulés sans attentat majeur : il suffit d’un seul événement de ce type pour nous ramener à la cruelle réalité quotidienne de citoyens du monde entier », a affirmé M. Noble.

« Cet attentat met également en lumière les problèmes de sécurité liés aux grandes manifestations sportives et les défis qu’elles constituent pour les services chargés de l’application de la loi en offrant aux terroristes la possibilité de profiter d’un événement majeur afin d’attirer sur eux l’attention du monde entier », a ajouté le chef d’INTERPOL.

Avec 150 marathons prévus dans une quarantaine de pays au cours des deux prochains mois, qui viendront s’ajouter à d’autres événements très médiatisés, INTERPOL a demandé à ses 190 pays membres de partager avec la communauté policière mondiale toute information concernant des terroristes ou des criminels potentiels, ainsi que toute activité suspecte.

« Les défis auxquels les services chargés de l’application de la loi sont aujourd’hui confrontés sont aussi divers que réels – des attentats à la bombe à la cybercriminalité – et nous devons nous assurer de faire tout ce qui est en notre pouvoir afin de limiter les risques pour les citoyens, dans nos rues comme sur Internet », a déclaré M. Noble.

« En tant que seule organisation de police véritablement mondiale, INTERPOL est le mieux à même de faire en sorte que les policiers de première ligne aient à leur disposition les informations et le soutien nécessaires à l’accomplissement de leur mission », a ajouté le chef d’INTERPOL, mettant en avant l’accord conclu entre l’Organisation et le Comité suprême Qatar 2022, qui vise à renforcer la sûreté et la sécurité lors de la Coupe du monde de la FIFA au Qatar et d’autres grandes manifestations sportives au cours des dix prochaines années.

La cybercriminalité s’annonçant comme l’un des principaux défis du 21ème siècle pour les services chargés de l’application de la loi, le Complexe mondial INTERPOL pour l’innovation – qui doit ouvrir ses portes en 2014 à Singapour – offrira une plateforme commune essentielle pour permettre à l’Organisation d’aider ses pays membres à combattre cette menace d’un genre nouveau ainsi que tous ses dérivés.

Suite à la récente annonce du futur partenariat technique entre INTERPOL et Kaspersky Labs, le PDG Eugene Kaspersky a déclaré aux participants à la réunion dans son discours liminaire que la coopération entre le secteur privé et la communauté policière transnationale, par l’intermédiaire d’INTERPOL, est cruciale en vue de sécuriser le cyberespace.

« La cybercriminalité s’affranchit des frontières, des distances et du temps. Elle se déplace à la vitesse de l’électricité, c’est pourquoi il est très difficile de déterminer qui se cache derrière les cyberattaques », a déclaré M. Kaspersky.

« Le monde dématérialisé qu’est la toile a dans une certaine mesure fusionné avec le monde réel en termes de champ des possibles, s’agissant notamment de la capacité à causer des dommages concrets. Et bien que les gentils et les méchants se comportent de façon très similaire dans ces deux mondes, il semblerait qu’il soit toujours difficile d’appliquer les méthodes existantes au nouveau cyberespace », a ajouté M. Kaspersky.

Parmi les autres thèmes débattus lors de cette conférence de trois jours (17 - 19 avril) figurent le trafic d’êtres humains, la criminalité financière et les infractions en lien avec les armes à feu.