All news
|
Print
03 avril 2013 - Media release

INTERPOL et plusieurs partenaires européens mettent au point un système mondial permettant d’établir des liens entre des personnes disparues et des victimes de catastrophes

LYON (France) – INTERPOL et un consortium de cinq partenaires européens ont mis au point la première version d’un système d’aide à l’identification rapide de victimes ou de personnes disparues à la suite d’une catastrophe – qu’elle soit naturelle ou provoquée par l’homme –, également utile dans le cadre des activités de police quotidiennes.

Le Projet FASTID (pour FAST and efficient international disaster victim IDentification, identification rapide et efficace des victimes de catastrophes au niveau international) a été mené en collaboration avec des spécialistes de la police criminelle fédérale allemande (Bundeskriminalamt, BKA), les instituts de recherche IOSB et IGD de l’organisme allemand Fraunhofer-Gesellschaft, la société danoise PlassData, l’Université de Dundee et la société Crabbe Consulting Ltd, grâce à un cofinancement du septième programme-cadre de l’Union européenne.

Lorsque le nouveau système sera pleinement opérationnel, le Projet FASTID donnera naissance à la première base de données mondiale centralisant des informations destinées à identifier rapidement des cadavres non identifiés et à établir des liens avec des personnes disparues. Cette future base de données est conçue pour être utilisée par les équipes de terrain intervenant à la suite d’une catastrophe ou par les polices nationales cherchant à identifier des personnes disparues, des personnes dans l’incapacité de s’identifier elles-mêmes ou des cadavres non identifiés.

Fondé sur les outils d’INTERPOL – en particulier ses protocoles d’identification des victimes mondialement reconnus ainsi que ses notices jaunes diffusées en cas de disparition de personnes – ce système permet d’effectuer des recherches à partir de données génétiques et de dossiers dentaires, et est relié à d’autres bases de données, notamment sur les empreintes digitales.

Les partenaires du Projet FASTID ainsi que 21 pays membres d’INTERPOL participant au projet sur la base du volontariat ont récemment achevé une phase de test visant à évaluer la simplicité d’utilisation du système – pour enregistrer des données comme pour effectuer des recherches – ainsi que l’exactitude des résultats. Un manuel en ligne sur l'identification des victimes de catastrophes a également été élaboré afin d’assurer une homogénéité dans l’enregistrement des caractéristiques physiques des victimes par les équipes internationales d’intervention. Le travail de recherche effectué a par ailleurs abouti à la création de plusieurs catalogues d’images intégrés au système pour faciliter la description des effets personnels et des caractéristiques physiques.

Dans le cadre du Projet FASTID, des recherches ont également été menées sur les méthodes d’extraction d’images, notamment sur un logiciel permettant d’établir des concordances entre des images de tatouages ou d’autres modifications corporelles, ainsi que sur les techniques de reconnaissance faciale telles que la reconstruction cranio-faciale et la surimpression. À terme, ces fonctionnalités pourraient être intégrées au logiciel.

« Il est essentiel qu’en cas de catastrophe majeure, les services chargés de l’application de la loi et les premiers intervenants aient accès à une base de données mondiale permettant l’identification rapide et efficace des victimes et des personnes disparues », a déclaré le responsable du Projet FASTID d’INTERPOL, M. Peter Ambs. « En rendant ce système accessible via le réseau mondial d’INTERPOL, la police et les professionnels du monde entier intervenant sur le site d’une catastrophe pourront y accéder à toute heure et en tout lieu si le besoin s’en fait sentir. »

Après le tsunami survenu en Asie en 2004, l’Assemblée générale d’INTERPOL a adopté une résolution constatant la nécessité de mettre en place une base de données mondiale en vue de faciliter l’identification des victimes.