All news
|
Print
07 mars 2013 - Media release

La visite du chef de la police croate à INTERPOL axée sur le renforcement de la sécurité aux frontières

LYON (France) – La visite du Directeur général de la police croate, M. Vlado Dominić, au siège du Secrétariat général d’INTERPOL, qui a eu lieu aujourd’hui, a permis de réaffirmer l’attachement de son pays à la coopération policière internationale, en particulier par l’utilisation accrue des outils et des réseaux mondiaux d’INTERPOL en vue de protéger les frontières de la Croatie et de l’Union européenne.

La Croatie étant l’un des membres les plus actifs de la plus grande organisation de police au monde, les entretiens qui se sont déroulés avec le Secrétaire Général d’INTERPOL, M. Ronald K. Noble, et d’autres hauts responsables de l’Organisation, ont notamment porté sur les possibilités pour les services chargés de l’application de la loi en Croatie d’accroître l’échange de données INTERPOL au niveau national afin que la Croatie demeure parmi les pays les plus sûrs pour ses citoyens, ses entreprises et ses touristes.

La Croatie a davantage consulté la base de données d’INTERPOL sur les véhicules volés qu’aucun autre pays membre d’INTERPOL et deux fois plus que le deuxième utilisateur le plus fréquent. En outre, elle est en deuxième position pour le nombre de consultations de la base de données nominatives et le nombre de profils enregistrés dans la base de données génétiques.

M. Dominić a souligné que l’action de la Croatie dans les domaines de la criminalité organisée, des enquêtes sur les malfaiteurs en fuite et de la prévention du terrorisme montrait l’importance de la collaboration internationale en matière d’application de la loi et l’utilité des outils et des services d’INTERPOL.

« Lorsque la Croatie deviendra membre de l’Union européenne et aura accès au réseau de Schengen et aux données policières correspondantes, nous pourrons vérifier encore plus d’informations à l’aide de nos bases de données et de celles d’INTERPOL. Seul un échange constant d’informations au niveau international peut protéger notre pays, l’Union européenne et le monde de la grande criminalité internationale », a déclaré M. Dominić.

« Nous avons toujours collaboré avec INTERPOL pour trouver des solutions innovantes en matière d’action policière et nous sommes fiers d’être l’un des premiers pays à avoir soutenu la création par INTERPOL d’une base de données sur les bateaux volés, importante pour un pays comme le nôtre, qui compte un littoral étendu utilisé par de nombreux types de navires de mer », a ajouté le Directeur général de la police croate, M. Dominić.

Le Secrétaire Général d’INTERPOL s’est réjoui de la visite du Directeur de la police croate, y voyant une occasion de recenser les domaines de collaboration et d’innovation futurs.

« Dans sa relation avec INTERPOL, la Croatie a fait preuve de beaucoup d’initiative pour nous aider à proposer des solutions innovantes en matière de coopération policière internationale à ses fonctionnaires chargés de l’application de la loi. La Croatie est aussi un pays qui a toujours répondu rapidement et efficacement aux demandes d’assistance policière internationale », a déclaré le chef d’INTERPOL.

Le chef d’INTERPOL a rappelé l’affaire concernant Morgan Schreurs, un ressortissant des Pays-Bas recherché pour meurtre en Belgique et faisant l’objet d’une notice rouge INTERPOL, qui a été arrêté par la police en Croatie, en juin 2012, grâce à une information fournie par un particulier en Irlande ; il s’agit là d’un « excellent exemple » des résultats qui peuvent être obtenus avec une coopération policière rapide et efficace.

Afin de lutter contre le trucage de matchs dans le football, les autorités croates ont lancé une enquête d’envergure sur la corruption des footballeurs dans leur pays. En 2010, 21 personnes du milieu du football ont été traduites en justice ; parmi celles qui ont été reconnues coupables, le footballeur Mario Cizmek, a été condamné à 10 ans de prison ; quant à l’ancien entraîneur Vinko Saka, condamné à an de prison et au remboursement de 58 000 dollars, il devra désormais répondre d’éventuelles accusations de trucage de matchs en Italie. L’enquête avait abouti à la saisie par la police de 184 000 euros en liquide et de deux appartements.

M. Dominić était accompagné de M. Dalibor Jurić, chef de la section de soutien à la Direction de la police criminelle et ancien chef du Bureau central national d’INTERPOL à Zagreb.