All news
|
Print
05 mars 2013 - Media release

De l’analyse à l’action – Atelier d’INTERPOL pour les Amériques et l’Asie du Sud-Est

MONTRÉAL (Canada) – Plus de 50 hauts responsables de l’application de la loi des Amériques et de l’Asie du Sud-Est sont réunis à Montréal pour un atelier d’analyse du renseignement criminel axé sur la lutte contre le trafic de drogues et la criminalité organisée.

Cet atelier de trois jours (du 5 au 7 mars), organisé par INTERPOL en collaboration avec le ministère des Affaires étrangères et du Commerce international canadien et le Bureau central national d’Ottawa, mettra également l’accent sur les questions de lutte contre le terrorisme et les liens entre les différents types de criminalité.

Cette réunion vise à mieux faire connaître l’ampleur du trafic de drogues et de la criminalité organisée, à échanger des points de vue nationaux sur l’état actuel de l’analyse du renseignement criminel, et d’examiner les outils juridiques et les aspects de la coopération et de l’entraide internationales. Les participants apprendront des techniques d’analyse communes, examineront les outils techniques les plus récents et réfléchiront aux applications pratiques de l’analyse des renseignements dans leurs régions.

« Le renseignement est crucial dans tous les types d’enquêtes, que ce soit dans le domaine de la lutte contre le terrorisme, de la criminalité organisée ou du trafic de drogues », a déclaré le Directeur exécutif des Services de police d’INTERPOL, Jean-Michel Louboutin.

« Je vois des spécialistes et des professionnels dévoués, de différents horizons et de diverses régions du monde, rassemblés autour d’un objectif commun : tirer le meilleur parti de la coopération internationale pour mieux répondre à ces menaces transnationales », a conclu M. Louboutin.

Le but de cet atelier, qui rassemble les fonctionnaires des services chargés de l’application de la loi de différentes régions pour une mise en commun des expériences et des bonnes pratiques, est d’améliorer la capacité d’analyse, de normaliser la manière dont le renseignement criminel est utilisé dans le monde entier et de promouvoir la coopération internationale.

« La lutte contre ces types de criminalité requiert une approche globale et axée sur le renseignement. Ce dialogue avec nos partenaires internationaux nous permet de dresser un tableau plus complet de la situation en matière de criminalité organisée », a déclaré le Commissaire de la Gendarmerie royale du Canada, M. Bob Paulson, également Délégué pour les Amériques auprès du Comité exécutif d’INTERPOL.

« Grâce à ces échanges avec la communauté des services de police au sens large, nous pouvons renforcer mutuellement nos techniques d’analyse, d’enquête et de prévention en luttant ensemble contre la criminalité à son plus haut niveau à une échelle internationale ».

Ce programme de renforcement des capacités améliorera les compétences de la communauté internationale des services chargés de l’application de la loi, en vue de renforcer notre capacité collective à utiliser les bonnes pratiques dans le traitement et l’échange de renseignements criminels. L’objectif ultime est de transformer ces compétences en outils solides pour les enquêtes opérationnelles sur les cibles des notices rouges d’INTERPOL et pour les autres enquêtes criminelles », a déclaré le Directeur du Renforcement des capacités et de la Formation à INTERPOL, M. Dale Sheehan.

Les pays et les territoires suivants participent à cet atelier : Anguilla, Antigua-et-Barbuda, Bahamas, la Barbade, le Belize, les Bermudes, les Îles vierges britanniques, les îles Cayman, la Colombie, le Costa Rica, Curaçao, la République dominicaine, la Dominique, El Salvador, l’Indonésie, la Jamaïque, la Malaisie, le Nicaragua, le Panama, les Philippines, Saint-Kitts-et-Nevis, Sainte-Lucie, Saint-Martin, Saint-Vincent-et-Grenadines, la Thaïlande, Trinité-et-Tobago, et les îles Turques et Caïques.