All news
|
Print
17 décembre 2013

La sécurité dans la région des Amériques renforcée grâce aux programmes de formation INTERPOL

LA HAVANE (Cuba) – L’intensification de la coopération régionale en matière de lutte contre les stupéfiants et la criminalité organisée était au centre de l’Atelier INTERPOL d’évaluation des programmes de renforcement des capacités dans les Amériques (11 - 13 décembre), qui a rassemblé quelque 30 délégués de 23 pays et territoires de la région.

Cet atelier constituait le dernier volet d’une série d’activités qui ont permis à plus de 300 participants de 36 pays de bénéficier de formations depuis décembre 2011.

Le programme de trois ans, financé conjointement par le Secrétariat général d’INTERPOL et le gouvernement canadien, visait à renforcer les capacités régionales et la coopération opérationnelle interservices en matière de lutte contre la criminalité organisée.

Citant Mme Diane Ablonczy, la Ministre d'État des Affaires étrangères du Canada, M. Yves Gagnon, l’Ambassadeur du Canada à Cuba, a insisté lors de la réunion sur le fait que « l’adoption d’une approche régionale pour lutter contre un trafic de drogue omniprésent dans les Amériques est essentielle pour la sécurité locale et internationale ».

Le Directeur du Renforcement des capacités et de la formation à INTERPOL, M. Dale Sheehan, a déclaré que grâce à l’appui du Canada, INTERPOL peut maintenant aider davantage ses pays membres des Amériques à mettre au jour et à démanteler les réseaux de criminalité organisée transnationale.

« Ce programme a permis à des policiers de toute la région des Amériques de développer leurs compétences et leurs capacités afin d’intensifier la coopération régionale pour faire aboutir les enquêtes, et partant de mieux combattre la criminalité et protéger les citoyens », a déclaré M. Sheehan.

La première phase du Programme INTERPOL de renforcement des capacités en matière de lutte contre la criminalité organisée pour les Amériques comprenait six sessions de formation organisées entre 2011 et 2013 et axées sur les activités relevant de la criminalité organisée telles que le trafic d’armes, le trafic de drogue, le blanchiment de fonds et les activités illicites des gangs.

S’appuyant sur les conclusions des premières sessions de formation, la deuxième phase était axée sur les ateliers et les opérations, dont l’opération Icebreaker – qui visait à combattre le trafic de précurseurs chimiques et a permis de saisir plus de 360 tonnes de substances chimiques, 200 kg de méthamphétamine, de cocaïne et de LSD ainsi que 2 millions d’USD – et l’opération Lionfish ciblant le trafic de drogues et d’armes à feu illicites par la voie maritime auquel se livrent des organisations criminelles en Amérique centrale et dans les Caraïbes.

L’opération Lionfish a nécessité le concours de quelque 34 pays et territoires, et a abouti à la saisie de 30 tonnes de cocaïne, d’héroïne et de marijuana d’une valeur estimée à 822 millions d’USD, l’arrestation de 142 personnes et la confiscation de 15 bateaux, de huit tonnes de précurseurs chimiques, de 42 armes à feu et d’environ 170 000 USD en espèces.

« Les résultats que nous avons obtenus lors des opérations pilotées par INTERPOL, comme Icebreaker et Lionfish, démontrent une fois encore que l’approche associant des formations à des exercices opérationnels est une réussite », a ajouté M. Sheehan.

Le programme a également apporté un appui opérationnel à Infra Americas, une initiative mise en place par INTERPOL pour aider les pays à retrouver les fugitifs internationaux liés aux réseaux organisés qui se cacheraient en Amérique centrale, en Colombie, en Équateur, au Pérou, au Venezuela ou dans les Caraïbes.

Les participants à l’atelier organisé à La Havane comptaient des enquêteurs de services de police spécialisés, des représentants des services chargés de l’application de la loi, du ministère public et des organisations douanières partenaires, ainsi que des fonctionnaires des Bureaux centraux nationaux INTERPOL de toute la région. Les deux langues de travail étant l’anglais et l’espagnol, ils ont pu débattre des expériences opérationnelles et des pratiques recommandées, ainsi que des stratégies permettant d’intensifier la coopération internationale.

La cérémonie d’ouverture officielle a vu la participation de M. Herman Portocarero, l’Ambassadeur de l’Union européenne à Cuba, de M. Cornel Rueda Soto, le Chef du Service central de renseignement criminel de la Police nationale cubaine, et de M. Paul Hilaire, le Secrétaire permanent du Conseil d’application des règlements douaniers des Caraïbes (CCLEC).

Les pays suivants étaient représentés à l’atelier organisé à la Havane : Anguilla, Antigua-et-Barbuda, les Bahamas, le Belize, le Canada, la Colombie, Cuba, Curaçao, l’Équateur, El Salvador, Grenade, le Guatemala, la Guyane, le Honduras, les îles Vierges britanniques, la Jamaïque, le Nicaragua, le Panama, la République dominicaine, Sainte-Lucie, Saint-Vincent-et-Grenadines, la Trinité-et-Tobago, et les îles Turques et Caïques.