All news
|
Print
06 décembre 2013

Une réunion INTERPOL en Iran débouche sur l’annonce de la création d’une cellule régionale sur le trafic d’êtres humains

TÉHÉRAN (Iran) – Les délégués présents au 3ème Atelier opérationnel régional d’INTERPOL sur la lutte contre le trafic d’êtres humains ont convenu de créer une cellule régionale pour coordonner les activités opérationnelles au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, et d’encourager une utilisation accrue des outils mis à disposition par INTERPOL pour combattre cette forme de criminalité.
 
Lors de cette réunion de deux jours (2 et 3 décembre), une soixantaine de représentants de 16 pays et trois organisations internationales ont examiné des méthodes visant à accroître la coopération policière internationale dans les domaines de la traite des personnes et du trafic illicite de migrants, et ont reconnu le rôle important que jouent les outils et les bases de données mondiaux d’INTERPOL dans la lutte contre les réseaux criminels transnationaux qui s’y livrent.

Le chef de la Police nationale iranienne, le Brigadier-Général Esmail Ahmadi Moghadam, a souligné « la nécessité d’une coopération efficace des services chargés de l’application de la loi en matière de lutte contre la traite des personnes et le trafic illicite de migrants dans la région », et rendu hommage à INTERPOL pour son rôle de premier plan dans ce domaine.

Premier résultat opérationnel de cette réunion, à laquelle participaient le Général Hossein Ashtari, chef de la sécurité publique iranienne, et le Colonel Masood Rezvani, chef du Bureau central national d’INTERPOL en Iran, les autorités iraniennes ont demandé à INTERPOL de publier quatre notices bleues afin d’obtenir des informations sur des individus soupçonnés de se livrer à la traite des personnes et au trafic illicite de migrants, et se sont engagées à en demander davantage à l’avenir.

Soulignant la nécessité d’opérations coordonnées par INTERPOL pour démanteler les organisations criminelles qui se livrent à ces activités illégales, Hakan Erdal, coordinateur au sein du service d’INTERPOL chargé de lutter contre le trafic d’êtres humains et l’exploitation des enfants, a déclaré que l’Organisation continuerait à apporter son entier soutien à la région.

INTERPOL aidera également à la mise en place de la cellule régionale sur la traite des personnes et le trafic illicite de migrants que les participants à l’atelier ont convenu de créer. Cette cellule facilitera la coopération entre les services chargés de l’application de la loi de la région et assurera la gestion des futures activités opérationnelles.

Les pays ayant participé à l’atelier sont : l’Afghanistan, l’Algérie, l’Arabie saoudite, l’Australie, l’Égypte, l’Iran, l’Iraq, l’Italie, le Koweït, le Liban, la Malaisie, Oman, le Pakistan, la Russie, la Syrie et la Turquie. Y assistaient également des représentants de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime, de l’Organisation internationale pour les migrations et de l’Organisation de coopération économique.