All news
|
Print
07 novembre 2013

INTERPOL lance le projet Eden pour lutter contre les déchets illégaux

NAIROBI (Kenya) – Le projet Eden d’INTERPOL, dirigé contre le commerce illégal de déchets et les déversements illégaux dans le milieu naturel, a été officiellement lancé à l’occasion des réunions INTERPOL sur le respect et l’application du droit de l’environnement qui se sont tenues au Kenya.

Par le projet Eden, INTERPOL cherche à attirer l’attention sur cette forme de criminalité transnationale qui, en plus d’être une menace pour la qualité de l’environnement, dans le monde entier, et de faire peser un risque grave sur la santé humaine, réduit l’efficacité des conventions internationales, porte préjudice aux entreprises de traitement des déchets travaillant dans la légalité et nuit aux économies en faisant disparaître ce qui pourrait constituer des matières premières pour les activités de recyclage.

La nécessité de lutter contre des activités criminelles qui mettent la qualité de l’environnement en péril – notamment celles concernant les déchets électroniques et certains produits particuliers tels que les pneus et les batteries usagés – a été l’une des questions importantes traitées lors de la 18ème réunion du Groupe de travail d’INTERPOL sur la criminalité liée à la pollution, qui s’est également tenue à Nairobi un peu plus tôt cette semaine et a rassemblé près de 70 participants de 35 pays.

Dans le cadre du projet Eden, INTERPOL développera ses activités de renforcement des capacités des services chargés de l’application de la loi en matière de détection des transports illégaux et des décharges sauvages, et encouragera la mise en commun des informations ainsi que le travail de répression fondé sur le renseignement afin d’aider à identifier et à mettre hors d’état de nuire les réseaux criminels responsables du trafic de déchets.

« La pollution qu’entraînent la mauvaise gestion des déchets et leur déversement sauvage dans le milieu naturel est véritablement mondiale et a des répercussions sur la qualité de l’air, de l’eau et des sols », a déclaré Cees van Duijn, Officier spécialisé de l’unité d’INTERPOL chargée de la sécurité environnementale.

« Par le projet Eden, INTERPOL aidera ses pays membres à mettre en place une législation nationale et à contrôler les transports internationaux de déchets en vue de rendre l’environnement plus sain au niveau local et de contribuer à protéger l’intégrité de celui-ci au niveau mondial, a ajouté M. van Duijn.

Avec le récent lancement du projet CWIIT (Countering WEEE Illegal Trade -Lutte contre le commerce illicite de DEEE (déchets d’équipements électriques et électroniques)), INTERPOL et ses partenaires conduiront des recherches de grande ampleur sur le marché illégal des déchets électroniques en Europe et formuleront des recommandations techniques et politiques.

INTERPOL a déjà coordonné plusieurs opérations concernant certains types de déchets – notamment la circulation des déchets électroniques entre l’Europe et l’Afrique et la circulation des déchets dangereux entre les États-Unis et le Canada.