All news
|
Print
31 mai 2013

Une coopération accrue entre les services chargés de l’application de la loi est essentielle pour lutter contre les abus pédosexuels commis sur Internet

LYON (France) - LaVirtual Global Taskforce(VGT), un réseau international de services chargés de l’application de la loi spécialisés dans la lutte contre les abus pédosexuels commis sur Internet, a publié un rapport d’évaluation qui met au jour les méthodes utilisées par les auteurs de telles infractions pour entrer en contact avec leurs victimes et éviter d’être repérés lors du partage en ligne de contenus à caractère pédosexuel, et décrit les défis rencontrés par les services chargés de l’application de la loi dans la lutte contre cette forme de criminalité.

L’analyse de l’environnement de la VGT associe des études scientifiques de pointe et l’expérience opérationnelle des services spécialisés, dans le but de passer en revue les méthodes utilisées par les auteurs d’infractions pédosexuelles en ligne pour abuser d’enfants et d’adolescents, ainsi que les situations dans lesquelles ces jeunes se rendent involontairement plus vulnérables à ce type d’agressions.

Le rapport conclut que l’utilisation compulsive de l’Internet par les auteurs de telles infractions ainsi que les réseaux en ligne formés par ces individus sont susceptibles de favoriser les agressions sexuelles à l’encontre des enfants et des jeunes. Ces mêmes réseaux ont également de plus en plus recours à des protocoles sécurisés pour diffuser des contenus à caractère pédosexuels, parmi lesquels des images et des vidéos obscènes d’enfants inédites. Et qui dit nouveaux contenus dit nouveaux abus éventuels. L’identification et la localisation des victimes de ces atteintes constituent les priorités absolues des spécialistes travaillant pour les services qui forment la VGT.

Le rapport souligne également une augmentation de la diffusion d’images et de vidéos à caractère sexuel explicite par les jeunes eux-mêmes – par l’envoi de ce qui est parfois appelé « sextos » – ainsi que la nécessité de sensibiliser les jeunes au fait que ces contenus peuvent être diffusés sans leur accord, voire comme moyen de pression pour les forcer à se livrer à des actes sexuels avec un adulte.

L’analyse de l’environnement de la VGT a été réalisée par le Centre européen de lutte contre la cybercriminalité (EC3) d’Europol avec l’assistance d’INTERPOL, d’autres services de police membres de la VGT ainsi que de spécialistes des services chargés de l’application de la loi.

« Alors que les technologies de l’Internet continuent à évoluer et que des régions du monde qui n’y avaient auparavant pas accès arrivent dans cet espace, nous pouvons nous attendre à voir apparaître de nouveaux auteurs d’abus, de nouvelles victimes et de nouvelles façons de commettre des atteintes contre des enfants », a déclaré Troels Oerting, le Directeur de l’EC3.

« Tant que les malfaiteurs continuent à utiliser l’Internet pour s’en prendre aux enfants et les agresser, nous, les services chargés de l’application de la loi, devons mutualiser nos ressources et nos connaissances afin de mettre au jour leurs méthodes et leurs stratégies, dans le but de prévenir toute atteinte avant qu’elle ne soit commise », a déclaré Michael Moran, le Chef de l’unité Pédocriminalité d’INTERPOL.

« L’analyse de l’environnement de la VGT est une évaluation appelée à faire date pour un groupe de services unique en son genre », a déclaré M. Ian Quinn, président de la VGT et chef du Centre sur la cybercriminalité au sein du Bureau de l’immigration et des douanes des États-Unis (ICE) du service d’enquête pour la sécurité intérieure (HSI). « Elle permet non seulement aux services chargés de l’application de la loi, au sein et en dehors de la VGT, de mieux cibler les auteurs d’infractions, mais aussi de mettre en place des mesures de prévention afin de rester au fait de la façon dont les enfants et les jeunes utilisent la technologie dans leur vie quotidienne ».

La VGT a pour objectif de faire d’Internet un espace plus sûr, d’identifier, de localiser et d’aider les enfants en danger et de faire en sorte que les auteurs répondent de leurs actes comme il se doit.

Pour plus d’information sur la VGT et pour prendre connaissance de l’analyse de l’environnement, veuillez consulter le site : www.virtualglobaltaskforce.com.