All news
|
Print
15 décembre 2012 - Media release

Les services chargés de l'application de la loi jouent un rôle d'appui essentiel en matière de sûreté et de sécurité nucléaire, déclare le chef d'INTERPOL lors de la Conférence ministérielle de Fukushima

KORIYAMA (Japon) – Le Secrétaire Général d’INTERPOL, M. Ronald K. Noble, a souligné le rôle essentiel des services chargés de l'application de la loi pour aider les responsables de la sûreté et de la sécurité nucléaires après l'accident nucléaire de Fukushima, provoqué par un tremblement de terre suivi d'un tsunami en mars 2011.

S’exprimant à l’occasion de la Conférence ministérielle de Fukushima sur la sûreté nucléaire (15 - 17 décembre), M. Noble a déclaré que l'un des enseignements tirés d'accidents nucléaires graves tels que ceux de Fukushima ou de Tchernobyl (1986) est que les services chargés de l'application de la loi doivent jouer un rôle de premier plan en aidant à la préparation et à la réponse aux situations d'urgence, au renforcement des capacités et à la mise en commun des informations.

Il a également été indiqué aux délégués des 116 pays, 10 organisations internationales et cinq associations participant à la conférence, et notamment aux hauts représentants présents, dont M. Koichiro Gemba, Ministre des Affaires étrangères du Japon, et M. Yukiya Amano, Directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), que les services chargés de l'application de la loi ont aussi un rôle évident à jouer dans la prévention des attaques terroristes visant des installations nucléaires.

M. Noble a précisé que rien que l'année dernière, grâce à des partenaires clés tels que l'AIEA, près de 170 fonctionnaires de plus de 40 pays ont été formés à la gestion des scènes de crime ou d’accident radiologique dans le cadre du Programme INTERPOL de prévention du terrorisme radiologique et nucléaire.

À cet égard, une communication policière rapide et sûre est l'une des priorités stratégiques d'INTERPOL, dont le réseau de communication mondial à la pointe de la technologie, I-24/7, a permis aux polices du monde entier d'échanger près de 17 millions de messages en temps réel au cours de la seule année 2011.

M. Noble a affirmé que, pour ces raisons, INTERPOL apporte son soutien plein et entier au plan d'action de l'AIEA sur la sûreté nucléaire, axé sur la préparation aux situations d'urgence, le renforcement des capacités, la communication et la diffusion d'informations, qui sont les éléments clés d'un programme de travail visant à renforcer le cadre de la sécurité nucléaire au niveau mondial.

Rappelant que 48 heures après la survenue du tremblement de terre qui a frappé Fukushima et la région de Tohoku, une Cellule de crise INTERPOL était prête à être déployée afin d'aider au travail d'identification des victimes de la catastrophe, M. Noble a déclaré : « INTERPOL renouvelle son engagement d'aider tous les pays et leurs services de police à se préparer en vue de tout éventuel accident futur, y compris celui auquel nous espérons ne jamais assister : le jour où un individu isolé franchirait des frontières pour faire exploser un engin nucléaire ou radiologique et emporter autant de vies innocentes que possible. »

« Ce jour-là, nous saurons véritablement si nous avons tiré les enseignements du passé », a averti le chef d'INTERPOL.

M. Noble a auparavant rendu hommage aux fonctionnaires de la Police nationale japonaise et de la préfecture de Fukushima qui ont uni leurs efforts pour refroidir les piscines de combustible usé de la centrale de Fukushima Daiichi, aidé à l’identification des victimes dans les zones les plus sévèrement touchées par la catastrophe et apporté leur soutien à l’évacuation des populations.

  • Statement by Ronald K. Noble, INTERPOL Secretary General