All news
|
Print
15 novembre 2012 - Media release

La Bosnie-Herzégovine célèbre un 20ème anniversaire historique en tant que membre d’INTERPOL

À Sarajevo, le chef d’INTERPOL salue l’attachement du pays à la coopération policière internationale


SARAJEVO (Bosnie-Herzégovine) – À l’occasion de la commémoration du 20ème anniversaire de l’adhésion de la Bosnie-Herzégovine à INTERPOL, le Secrétaire Général de l’Organisation, M. Ronald K. Noble, a déclaré que l’engagement du pays en faveur de la collaboration internationale entre services chargés de l’application de la loi avait placé la Bosnie-Herzégovine à l’avant-garde de l’action policière mondiale.

Les hauts responsables réunis à la Direction de la Coordination des services de police pour célébrer la création du Bureau central national (B.C.N.) INTERPOL de Sarajevo, en 1992, ont pu constater que cet anniversaire était l’occasion de souligner l’importance du pays et de la région dans la lutte mondiale contre la criminalité transnationale.

Le Vice-ministre de la Sécurité de la Bosnie-Herzégovine, M. Mladen Cavar, a souligné l’étroite coopération de son pays avec INTERPOL, affirmant que la visite de M. Noble pour célébrer le 20ème anniversaire du B.C.N. de Sarajevo venait « enrichir d’un nouveau chapitre la coopération avec l’organisation mondiale de police ».

« L’adhésion à INTERPOL voilà 20 ans a offert au jeune pays qu’était la Bosnie-Herzégovine la possibilité de lutter plus efficacement contre des problèmes de criminalité internationale tels que la contrebande, le trafic d’êtres humains, le blanchiment de fonds, la criminalité informatique, le terrorisme, les abus pédosexuels, la corruption ainsi que d’autres défis en matière de sécurité auxquels le monde doit aujourd’hui faire face », a déclaré M. Cavar.

Le Secrétaire Général d’INTERPOL a déclaré que la Bosnie-Herzégovine avait fait preuve d’une force et d’une volonté qui ont fait d’elle un acteur clé de la lutte contre la criminalité transnationale.

M. Noble a rappelé qu’en 2003, le B.C.N. de Sarajevo faisait partie de la première vague de B.C.N. à être reliée au réseau mondial de communication d’INTERPOL, I-24/7. Aujourd’hui, les 55 postes-frontières du pays, qui contrôlent 1 551 kilomètres de frontières, sont tous reliés au système.

À cet égard, une autre décision majeure a été prise aujourd’hui avec le lancement de l’élargissement du réseau d’INTERPOL aux services de sécurité cantonaux. Le premier accord de ce type, conclu avec le ministère de l’Intérieur du canton d’Herzégovine-Neretva, a permis à ce dernier d'être relié au réseau mondial de communication policière d’INTERPOL, ouvrant la voie à une meilleure coopération entre INTERPOL et tous les cantons de la Bosnie-Herzégovine. Cet accord a notamment été signé par M. Himzo Selimovic, Directeur de la Coordination des services de police.

Il a été indiqué aux personnes assistant à la cérémonie que la Bosnie-Herzégovine figure parmi les 10 premiers utilisateurs des bases de données de l’organisation mondiale de police, ayant à ce jour effectué 22 millions de recherches pour la seule année 2012, contre 6 millions en 2010. Le pays est également un membre clé de l’Association des Chefs de police d’Europe du Sud-Est, qui coopère avec INTERPOL depuis sa création, en 2002.

M. Noble s’est félicité de la participation de la Bosnie-Herzégovine à la 5ème Réunion internationale d’experts sur le génocide, les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité, qui se tiendra du 20 au 22 novembre à Lyon (France), au siège du Secrétariat général d’INTERPOL. Il a souligné le caractère déterminant de la coopération internationale pour l’identification, la localisation et l’arrestation des criminels de guerre présumés tels qu’Aleksandar Cvetkovic, recherché par les autorités bosniaques pour génocide et à l'encontre duquel une notice rouge INTERPOL a été publiée. La coopération entre INTERPOL et les autorités israéliennes et de la Bosnie-Herzégovine ont permis l'arrestation du fugitif à Jérusalem en janvier 2011.

« Le 20ème anniversaire du B.C.N. de Sarajevo est là pour nous rappeler les événements dramatiques qu'ont connu les Balkans dans les années 1990 et nous inciter à réfléchir. La Bosnie-Herzégovine n’est plus en guerre, mais elle ne sera pas en paix tant que justice n'aura pas été rendue. Je tiens donc à féliciter les pays du Sud-Est de l’Europe pour leur rôle dans l’arrestation des 161 personnes mises en accusation par le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie », a déclaré M. Noble.

Le chef d’INTERPOL a affirmé que les 27 notices rouges publiées à la demande de la Bosnie-Herzégovine concernant des personnes recherchées au niveau international pour des crimes de guerre demeurent une priorité pour l’Organisation.

« Nous sommes entrés dans une nouvelle ère dans notre façon de relever les défis de la criminalité transnationale. Et INTERPOL restera à vos côtés, comme ces 20 dernières années, pour combattre les criminels qui obèrent l'avenir de la Bosnie-Herzégovine depuis trop longtemps », a conclu M. Noble.

Lors de sa mission à Sarajevo, le Secrétaire Général a également rendu visite à la Commission internationale pour les personnes disparues et s’est entretenu avec son Directeur Général, Mme Kathryne Bomberger.

M. Noble a en outre rencontré Adnan Mevic, 13 ans, qui avait été symboliquement déclaré six milliardième être humain par les Nations Unies à sa naissance, en octobre 1999. Avec une population mondiale dépassant aujourd’hui les 7 milliards, la rencontre entre le Secrétaire Général et cet enfant né dans un pays qui fut ravagé par la guerre, dans un contexte d’explosion de la démographie planétaire, a mis en évidence l’importance du rôle d’INTERPOL pour permettre aux citoyens de demain de grandir dans un monde plus sûr.