All news
|
Print
27 juin 2012 - Media release

Une information fournie par un particulier permet l’arrestation en Croatie d’un Néerlandais soupçonné de meurtre et visé par une opération d’INTERPOL

LYON (France) – Un ressortissant néerlandais soupçonné d’un meurtre commis en Belgique et recherché dans le cadre d’une opération d’INTERPOL visant les malfaiteurs en fuite partout dans le monde a été arrêté par la police en Croatie, suite à une information fournie par un particulier en Irlande.

Morgan Schreurs, qui est accusé d’avoir tué une femme rencontrée dans un bar en novembre 1999, compte parmi les malfaiteurs ciblés par l’Opération Infra-Red d’INTERPOL (pour International Fugitive Round-Up and Arrest – Red Notices), et faisait l’objet d’un appel à témoin lancé afin d’obtenir des informations sur son lieu de séjour, d’abord supposé être l’Irlande ou l’Italie.

Après la diffusion de renseignements sur l’affaire ainsi que d’une photo de Schreurs dans les médias irlandais par la police nationale An Garda Siochana, un particulier s’est présenté avec des informations selon lesquelles le suspect de 39 ans pouvait se trouver en Croatie.

Une étroite collaboration entre les fonctionnaires du Bureau central national (B.C.N.) INTERPOL de Dublin, le service de Soutien aux enquêtes sur les malfaiteurs en fuite (FIS) au siège du Secrétariat général d’INTERPOL à Lyon (France) et le personnel du B.C.N. de Zagreb a permis l’arrestation de Schreurs le vendredi 22 juin par la police de Rovinj. Schreurs était en possession d’un passeport, d’une carte d’identité et d’un permis de conduire italiens, qui se sont révélés faux après vérification auprès du B.C.N. de Rome.

« Cette arrestation remplit entièrement les objectifs de l’Opération Infra-Red d’INTERPOL : encourager le grand public à fournir de nouvelles informations pour aider la police à agir. Ce meurtrier présumé est désormais sous les verrous après presque 14 années passées à tenter d’échapper à la justice », a déclaré Stefano Carvelli, le chef du service FIS d’INTERPOL.

« C’est une parfaite démonstration de ce qui peut être accompli grâce à la coopération entre le public et la police, et je tiens à féliciter tous ceux qui y ont participé : la Belgique, pour avoir inclus Schreurs dans cette opération, la personne qui a communiqué les informations et les policiers en Irlande et en Croatie, qui ont su traiter ces informations rapidement. »

« Cette affaire sert également d’avertissement pour les autres fugitifs : quel que soit le temps nécessaire, INTERPOL et ses pays membres continueront à tout mettre en œuvre pour les retrouver et les traduire en justice », a conclu M. Carvelli.

L’Opération Infra-Red d’INTERPOL, lancée le 14 mai dernier, a réuni des enquêteurs de 28 des pays participants et d’Europol au siège du Secrétariat général d’INTERPOL à Lyon (France), dans le but d’échanger directement des informations sur plus de 500 suspects recherchés dans 57 pays.

Des renseignements sur les individus recherchés, leur lieu de séjour éventuel, ainsi que d’autres informations pouvant permettre de les identifier, ont été recueillis et analysés, avant d'être communiqués aux pays concernés par l'intermédiaire du réseau mondial d'INTERPOL, composé de 190 Bureaux centraux nationaux, afin que des mesures soient prises.

À ce jour, les informations échangées dans le cadre de l’Opération Infra-Red ont permis l’arrestation ou la localisation de près de 60 malfaiteurs, dont le meurtrier présumé canadien Luka Rocco Magnotta. Toute personne disposant d’informations sur le lieu où pourrait se trouver l’une des personnes recherchées au niveau international peut contacter le service de Soutien aux enquêtes sur les malfaiteurs en fuite d’INTERPOL.