All news
|
Print
15 mars 2012 - Media release

INTERPOL, un partenaire clé pour la sécurité de l’Europe, déclare la Commissaire européenne Malmström

La collaboration entre l’UE et INTERPOL contribue déjà à la sécurisation des frontières et à la prévention de la criminalité


LYON (France) – La sécurité de l’Europe ne peut être assurée qu’avec l’aide des services chargés de l’application de la loi du monde entier, INTERPOL étant un partenaire essentiel pour relever les défis liés à la sécurité, a déclaré la Commissaire européenne chargée des Affaires intérieures, Mme Cecilia Malmström, aux chefs de police, lors de la cérémonie de clôture de la Conférence des Chefs des Bureaux centraux nationaux INTERPOL.

S’adressant à 270 hauts responsables de police représentant 148 pays, Mme Malmström a expliqué que pour lutter efficacement contre la criminalité organisée et la cybercriminalité, principales menaces pesant sur la sécurité de l’UE, les partenariats avec les pays situés au-delà des frontières européennes sont d’une importance primordiale.

« Grâce aux Bureaux centraux nationaux de ses 190 pays membres, INTERPOL est un partenaire clé de l’Union européenne s’agissant d’affronter ces menaces mondiales », a indiqué Mme Malmström.

« La coopération quotidienne entre INTERPOL et les services de police des États membres de l’UE existe depuis de nombreuses années, et elle est indispensable pour faire le lien entre les renseignements criminels dont dispose l’UE et le réseau mondial et les bases de données d’INTERPOL. »

Soulignant la nécessité d’une étroite coopération pour lutter contre ces menaces communes, la Commissaire a expliqué son projet de mise en place d’un Centre européen de lutte contre la cybercriminalité qui devrait collaborer avec le Complexe mondial INTERPOL pour l’innovation, à Singapour, lequel comportera un centre à la pointe de la technologie qui travaillera à renforcer la cybersécurité et à combattre la cybercriminalité dans le but de contribuer à améliorer l’efficacité des enquêtes menées aux niveaux régional et mondial.

Un élément important du resserrement de la coopération entre les deux organisations a été l’ouverture du bureau de liaison INTERPOL à Bruxelles en 2009. M. Pierre Reuland, le Représentant spécial d’INTERPOL auprès de l’Union européenne, a déclaré : « En matière de coopération policière internationale, INTERPOL est le partenaire naturel qui permet de tisser des liens entre les pays membres et organismes de l’UE et le reste du monde ».

Lors de ses entretiens avec le Secrétaire Général d’INTERPOL, M. Ronald K. Noble, et d’autres hauts responsables de l’Organisation, la Commissaire Malmström a évoqué toute une série d’actions sur lesquelles l’UE et INTERPOL travaillent en étroite collaboration, en particulier dans le cadre de la Stratégie de sécurité intérieure de l’UE.

« INTERPOL collabore plus étroitement que jamais avec des organismes européens tels qu’Europol, Frontex, le CEPOL et Eurojust dans des domaines aussi divers que la piraterie maritime, le trafic d’êtres humains et la contrefaçon », a indiqué le Secrétaire Général Noble.

« L’Union européenne a reconnu que seul INTERPOL peut compléter les actions menées par les services chargés de l’application de la loi au niveau européen, en particulier pour la gestion efficace des frontières, lieux où les malfaiteurs transnationaux sont les plus vulnérables », a ajouté le chef d’INTERPOL.

Un programme financé par l’UE a permis d’ouvrir l’accès à la base de données mondiale d’INTERPOL sur les documents de voyage volés et perdus, ressource unique en son genre, à la Communauté des États indépendants, à l’Asie du Sud-Est, à l’Afrique et aux Amériques, contribuant ainsi à sécuriser les frontières et à identifier les malfaiteurs tentant d’entrer en Europe ou ailleurs en faisant usage de fausses identités.

Le Système d’information de la Police d’Afrique de l’Ouest (West African Police Information System, WAPIS), mis en place avec l’aide d’INTERPOL et le soutien financier de l’UE, a également été évoqué durant cette conférence à haut niveau. Ce projet facilitera le recueil, la centralisation, la gestion, l’échange et l’analyse des informations de police aux niveaux national, régional et mondial, afin de lutter plus efficacement contre des formes de criminalité telles que le trafic de stupéfiants, l’immigration clandestine, le blanchiment de fonds, et le trafic d’armes.

INTERPOL: Interview with Cecilia Malmstrom, EU Home Affairs Commissioner