All news
|
Print
04 décembre 2012

Des opérations d’INTERPOL en Asie permettent la saisie de tigres vivants et d’autres spécimens d’espèces protégées

LYON (France) – Les deuxième et troisième phases de l’Opération Prey d’INTERPOL – qui cible le commerce illicite de produits issus d’espèces sauvages et d’animaux – ont permis de saisir 40 tigres vivants, des organes de tigres ainsi que d’autres spécimens d’espèces protégées, et d’arrêter plus d’une douzaine de personnes.

Organisée en septembre et en octobre, l’Opération Prey II s’est déroulée au Bangladesh, au Laos, au Myanmar, en Thaïlande et au Viet Nam, suivie de l’Opération Prey III, en Indonésie et en Malaisie. Outre les tigres, les autorités ont saisi des pangolins, des serpents protégés et de la viande de brousse. L’Opération Prey est l’une des nombreuses initiatives menées dans le cadre du Projet Predator d’INTERPOL.

Grâce à l’Opération Prey et à ses actions de répression ciblées, les pays de l’aire de répartition du tigre sont mieux préparés à participer aux futures activités du Projet Predator. Cette préparation sera encore renforcée lors d’une prochaine session de formation organisée au Népal, en collaboration avec le Réseau de protection des espèces sauvages d’Asie du Sud (SAWEN) et le Bureau central national INTERPOL de Katmandou.

« Aujourd’hui, alors que plusieurs de nos pays membres célèbrent la journée de la protection de la vie sauvage, nous félicitons les services chargés de l’application de la loi asiatiques pour leur coopération et leur collaboration contre cette forme particulièrement complexe d’atteinte à la vie sauvage », a déclaré le responsable du Programme INTERPOL sur les atteintes à l’environnement, M. David Higgins.

« À l’heure où la communauté internationale des services chargés du respect des normes environnementales et de l’application de la loi montre un intérêt grandissant pour la protection des tigres, des léopards des neiges et autres grands félins d’Asie, INTERPOL se tient prêt à soutenir ses pays membres afin d’encourager la bonne gouvernance et de renforcer les capacités dans le domaine de la protection du patrimoine sauvage mondial », a conclu M. Higgins.

En raison des utilisations diverses dont les animaux font l’objet – comme marqueurs de statut social ou pour leurs propriétés médicinales –, de nombreuses espèces sont aujourd’hui en voie d’extinction. Afin de prévenir cette situation irréversible, INTERPOL plaide en faveur d’un changement de comportement visant à rétablir l’indépendance économique, environnementale et sociale de la région en éliminant la demande et en rompant la chaîne d’approvisionnement de ces produits illicites.

Le Projet Predator se poursuit afin de protéger les tigres sauvages partout dans le monde grâce au soutien constant de l’Agence américaine pour le développement international (USAID) et du ministère de l’Environnement, de l’Alimentation et des Affaires rurales (DEFRA) du Royaume-Uni.