All news
|
Print
18 septembre 2012

Un ministre japonais souligne lors d’une réunion INTERPOL le rôle de la coopération policière transnationale dans la lutte contre la cybercriminalité

AMMAN (Jordanie) - M. Jin Matsubara, Ministre d’État japonais et Président de la Commission nationale de sûreté publique, a déclaré lors de la 21ème Conférence régionale asiatique d'INTERPOL que « la cybercriminalité est un excellent exemple de criminalité transfrontalière », qui nécessite une réponse internationale.

À cet égard, M. Matsubara a rappelé que parmi les mesures requises pour faire progresser les enquêtes transnationales sur la cybercriminalité, « nous devons notamment améliorer la législation relative à la cybercriminalité et faire en sorte de l’harmoniser avec celles des autres pays ».

« Le cyberespace ne connaît pas de frontières. C’est la raison pour laquelle chaque pays concerné devrait mener des enquêtes minutieuses sur son territoire et communiquer de façon proactive aux autres pays membres les informations obtenues. L’intensification des échanges de renseignements entre les pays concernés est indispensable pour lutter contre la cybercriminalité », a indiqué le Ministre d’État japonais et Président de la Commission nationale de sûreté publique.

À cet égard, M. Matsubara a déclaré que le Japon se félicite de l’implantation « d’un établissement clé en Asie » – le Complexe mondial INTERPOL pour l’innovation (CMII), qui ouvrira ses portes en 2014 à Singapour. Le CMII améliorera la capacité des policiers à lutter contre la cybercriminalité en soutenant l’action policière internationale par l’innovation et le renforcement des capacités.