All news
|
Print
28 août 2012

La lutte contre le trucage de matchs et la corruption au centre d’un atelier INTERPOL pour l’Afrique australe

JOHANNESBURG (Afrique du Sud) – Sensibiliser les services chargés de l’application de la loi et les instances du sport aux menaces que représentent pour le football le trucage de matchs et la corruption, tel était l’objectif d’un atelier INTERPOL sur l’intégrité dans le sport organisé en Afrique du Sud par le Conseil des fédérations de football d’Afrique australe (COSAFA).

Deux jours durant (25 - 26 août), cet atelier a rassemblé plus de 70 représentants des instances régionales du football et des associations de joueurs, ainsi que des arbitres, des représentants d’organismes de réglementation des paris et des professionnels de l’application de la loi de huit pays de la région afin de les sensibiliser à la corruption dans le sport, aux stratégies utilisées par ceux qui s’y livrent et aux méthodes à mettre en œuvre pour détecter et déjouer les tentatives de corruption.

Cet atelier de formation est le troisième d’une série organisée par INTERPOL dans le cadre de son initiative lancée en collaboration avec la FIFA pour élaborer et mettre en œuvre un programme mondial de formation, d’éducation et de prévention consacré aux paris légaux et illégaux ainsi qu’au trucage de matchs.

Le Président de la Fédération de football sud-africaine, M. Kirsten Nematandani, a déclaré que pour être efficace, la lutte contre la corruption dans le football nécessite l’engagement déterminé de toutes les parties concernées.

« Le trucage de matchs, la fraude sur l’âge et les paris illicites sont des cancers qui ne devraient pas être tolérés parce qu’ils font perdre au sport son authenticité et risquent de réduire à néant les efforts des athlètes et des administrateurs honnêtes, a déclaré M. Nematandani. Les objectifs de cet atelier sont en totale adéquation avec les initiatives actuellement mises en place par notre fédération pour lutter contre la corruption et tirer parti des succès obtenus par la FIFA, INTERPOL et les fédérations des autres pays de la région. »

Outre des études de cas et des enseignements tirés au niveau national, les participants se sont vu communiquer des informations sur le système d’alerte rapide de la FIFA et sur son historique dans le cadre d’une présentation générale du marché mondial des paris sportifs.

« Le problème du trucage de matchs est un phénomène très répandu qui touche toutes les régions du monde. C’est la raison pour laquelle INTERPOL et la FIFA ont décidé de coopérer et de demander leur aide aux pays du monde entier », a déclaré le Directeur de la Sécurité de la FIFA, M. Ralph Mutschke, ajoutant que cet excellent atelier permettait de jeter les bases nécessaires à l’amélioration de la lutte contre le trucage de matchs et la corruption.

La responsable du service Intégrité dans le sport d’INTERPOL, Mme Michaela Ragg, a déclaré : « Nous sommes ravis de la participation enthousiaste du COSAFA et des délégués, ainsi que des propositions formulées en vue de futures actions de lutte contre le trucage de matchs. »

Les huit pays participant à cet atelier étaient l’Afrique du Sud, le Botswana, le Lesotho, le Malawi, la Namibie, le Swaziland, la Zambie et le Zimbabwe.