All news
|
Print
27 avril 2012

La réponse aux menaces radiologiques et nucléaires au cœur d’une conférence INTERPOL

UMEA (Suède) – La deuxième Conférence INTERPOL sur l’analyse du trafic de matières radiologiques et nucléaires et du terrorisme dans ce domaine a réuni des participants des services chargés de l’application de la loi et du secteur privé afin qu’ils débattent des tendances mondiales du trafic.

Cette réunion de deux jours (25 et 26 avril) organisée en Suède, a vu la participation de 27 représentants de 12 pays et d’organisations internationales, qui ont discuté des tendances et des menaces dans ce domaine. Des exemples concrets d’affaires et les menaces que font peser les terroristes et autres criminels susceptibles de faire usage de ces matières ont été analysés, dans le but de prévenir de tels événements à l’avenir en fournissant des informations précises aux décideurs politiques, aux services chargés de l’application de la loi et aux autorités de réglementation nucléaire.

Organisée sous les auspices du projet Geiger d’INTERPOL en coopération avec l’Agence suédoise de recherche sur la défense, et avec le soutien financier de la Fondation Alfred P. Sloan, la conférence avait pour but d’améliorer la coopération entre les analystes et les experts internationaux dans ce domaine.

Lancé par INTERPOL en 2005, le projet Geiger, initiative désormais menée conjointement avec l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), porte sur l’analyse de données et la mise au jour de tendances, et vise à faciliter l’échange d’informations, à renforcer les capacités institutionnelles et internationales et à apporter un soutien aux pays membres, afin de les aider à prévenir le trafic de matières radiologiques et nucléaires et le terrorisme dans ce domaine et à y faire face.