All news
|
Print
06 décembre 2011 - Media release

Plusieurs tonnes de produits alimentaires illicites saisies dans toute l’Europe lors d’une opération dirigée par INTERPOL et Europol

Plusieurs centaines de tonnes de denrées alimentaires et de boissons de contrefaçon ou non conformes – notamment de champagne, de fromage, d’huile d’olive et de café – ont été saisies au cours d’une opération coordonnée par INTERPOL et Europol, à laquelle ont participé 10 pays et qui a permis de désorganiser en profondeur les réseaux criminels se livrant à cette activité lucrative et peu risquée qui porte atteinte au commerce licite et met en danger les consommateurs.

L’Opération Opson (28 novembre - 4 décembre) a abouti à la découverte de plus de 13 000 bouteilles d’huile d’olive non conforme, de 30 tonnes de fausse sauce tomate, d’environ 77 tonnes de fromage de contrefaçon, de plus de 12 000 bouteilles de vin à l’appellation usurpée – d’une valeur de 300 000 EUR –, de cinq tonnes de poissons et de fruits de mer impropres à la consommation et de près de 30 000 barres chocolatées de contrefaçon. La vente en ligne de faux caviar fait également l’objet d’une enquête.

Au cours de cette opération, qui s’est déroulée sur une semaine et a vu la participation de services de police, de douanes et d’organismes nationaux de contrôle des aliments ainsi que de partenaires du secteur privé, des contrôles ont été effectués dans des aéroports, des ports maritimes, des commerces et des marchés aux puces dans les 10 pays participants.

Les consommateurs qui achètent ces produits, sciemment ou à leur insu, mettent leur santé en danger dans la mesure où les aliments et les boissons de contrefaçon ne sont soumis à aucun contrôle de qualité et sont transportés et stockés au mépris des normes d’hygiène.

« L’un des principaux objectifs de cette opération était de protéger le public contre les éventuels dangers liés à la consommation d’aliments et de boissons de contrefaçon ou non conformes, qui constitue une menace dont la plupart des gens n’ont même pas conscience », a déclaré M. Simone Di Meo, officier de renseignement criminel au sein du Programme INTERPOL sur les droits de propriété intellectuelle et coordinateur de l’Opération Opson.

« Les malfaiteurs n’hésitent pas à exploiter toutes les occasions qui s’offrent à eux, et ce type d’opération montre la détermination des services chargés de l’application de la loi et du secteur privé à mettre un terme à cette forme de criminalité », a ajouté M. Di Meo.

Outre sa participation à la planification de l’opération ces six derniers mois, Europol a apporté un soutien opérationnel en déployant des équipes dans le port de Rotterdam, afin d’aider les douanes néerlandaises, ainsi qu’au siège du Secrétariat général d’INTERPOL, à Lyon.

« Le nombre élevé de produits alimentaires de contrefaçon ou non conformes saisis est inquiétant et montre qu’une étroite coopération entre les services chargés de l’application de la loi est nécessaire pour arrêter les malfaiteurs qui se livrent à ce type d’activité criminelle. Nous allons à présent aider nos partenaires à procéder à des enquêtes complémentaires », a indiqué M. Chris Vansteenkiste, chef de projet au sein de l’équipe d’Europol chargée de la lutte contre les atteintes à la propriété intellectuelle.

Les trois principaux objectifs de l’Opération Opson (« nourriture » en grec ancien) étaient les suivants :

  • Sensibiliser aux dangers que représentent les produits alimentaires de contrefaçon ou non conformes ;
  • Établir des partenariats avec le secteur privé afin d’apporter une réponse globale à cette forme de criminalité ;
  • Protéger les consommateurs en saisissant et en détruisant les aliments non conformes, ainsi qu’en identifiant les malfaiteurs appartenant à ces réseaux.

Plusieurs enquêtes sont toujours en cours, et les résultats définitifs de l’Opération Opson seront communiqués à l’issue de celles-ci.

Les pays ayant participé à cette opération sont la Bulgarie, le Danemark, l’Espagne, la France, la Hongrie, l’Italie, les Pays-Bas, la Roumanie, le Royaume-Uni et la Turquie. La République démocratique du Congo a participé en qualité d’observateur en vue de mener une opération pilote en Afrique l’année prochaine.