All news
|
Print
28 juin 2011 - Media release

Des spécialistes des catastrophes se réunissent à INTERPOL pour faire évoluer les normes mondiales en la matière

LYON (France) – Des experts internationaux de police scientifique et des services chargés de l'application de la loi sont réunis au Secrétariat général d'INTERPOL à Lyon pour examiner et consolider les méthodes internationales d'identification des victimes à la suite de catastrophes naturelles et d'attentats terroristes.

Réunissant près de 160 représentants venus de plus de 40 pays et d'organisations internationales telles que la Commission internationale pour les personnes disparues (CIPD) et le Comité international de la Croix-Rouge, ainsi que des partenaires du secteur privé, la 22ème réunion du Comité permanent sur l’identification des victimes de catastrophes (du 28 au 30 juin) mettra en avant l'importance d'une réponse à l’échelle mondiale utilisant les procédures INTERPOL universellement reconnues en matière d’identification des victimes de catastrophes.

Soulignant la nécessité pour le Comité permanent sur l’identification des victimes de catastrophes de servir de plateforme internationale afin d’enrichir en permanence les connaissances et l'expertise nécessaires pour aider les victimes et leurs familles, le Secrétaire Général d’INTERPOL, M. Noble, a déclaré : « Il est de notre responsabilité collective de tirer les leçons de tout événement tragique au cours duquel des personnes perdent la vie, tout en veillant à ce que les experts de l'identification des victimes soient mieux préparés pour l’avenir, et à ce que les systèmes mis en place aux niveaux national et international soient aussi efficaces que possible ».

« Les services chargés de l'application de la loi, dont la mission principale est de répondre aux besoins de tout citoyen en difficulté, peuvent et doivent jouer un rôle fondamental à cet égard. C'est pourquoi INTERPOL, la plus importante organisation de police au monde, est devenu une référence essentielle en matière d'identification des victimes de catastrophes en coopération avec ses partenaires internationaux », a ajouté M. Noble.

Le chef d’INTERPOL a déclaré que le séisme le plus dévastateur à ce jour dans l’histoire du Japon et le tsunami qui l’a suivi sont récemment venus rappeler les enjeux de cette question.

Les participants à la réunion ont été informés que, selon les Nations Unies, jusqu'à 50 millions de personnes sont déplacées sur une année à la suite de catastrophes naturelles. En parallèle, les groupes terroristes transnationaux cherchent constamment à faire autant de victimes que possible lors de chaque attentat. La croissance de la population mondiale se poursuivant, la probabilité que des ressortissants de diverses nationalités soient concernés par les catastrophes de grande ampleur et les événements graves ne peut qu’augmenter au fil du temps.

Dans ce contexte, M. Noble a déclaré : « Nous devrions nous poser une simple question : quel est le meilleur moyen de nous préparer lorsque nous sommes appelés à la rescousse ? Le dispositif unique d’INTERPOL en matière d’identification des victimes de catastrophes est au centre d’une telle intervention, et nous devons travailler tous ensemble pour répondre aux besoins des pays, quels que soient l’endroit et le moment où se produit une catastrophe ».

Au lendemain du naufrage du ferry provoqué par le typhon Frank aux Philippines en juin 2008, dans lequel environ 800 passagers ont trouvé la mort, INTERPOL a joué un rôle de premier plan dans les opérations nationales et internationales menées à Cébou en vue de faciliter l’identification exacte des victimes avec efficacité et dans la dignité, grâce à une technique de pointe utilisant l’ADN. Les opérations menées à cette fin sur le terrain ont été l’occasion d’une étroite collaboration entre INTERPOL et le CIPD.

« Notre objectif est de faire du modèle qui a fait ses preuves à Cébou en 2008 la référence pour toutes les actions futures en matière d'identification des victimes », a conclu M. Noble.

Après le tsunami qui a frappé l’Asie en décembre 2004, l’organisation mondiale de police avait déployé une équipe d’identification des victimes de catastrophes dans la région, ainsi que des cellules de crise en Thaïlande, au Sri Lanka et en Indonésie, à la demande de ces pays.

INTERPOL's international gathering of DVI experts emphasized the need for continually developing global standards in responding to disasters.