All news
|
Print
11 mai 2011 - Media release

Les chefs de police européens réunis à l’occasion d’une conférence INTERPOL prêts à intensifier la réponse collective apportée par la région à une criminalité sans frontières

MALTE – Les hauts responsables des services chargés de l’application de la loi de toute l’Europe sont réunis à l’occasion de la 40ème Conférence régionale européenne d’INTERPOL afin de donner un coup d’accélérateur, par l’intermédiaire de l’organisme mondial de police, à l’action collective internationale menée par l’Europe contre la criminalité transnationale.

Cette réunion de deux jours (11 - 13 mai), qui rassemble quelque 150 représentants de près de 50 pays et 16 organisations internationales – dont Europol et Frontex –, portera en particulier sur les diverses formes que revêt la criminalité transnationale, à savoir le terrorisme, la criminalité organisée, le trafic de drogues, la traite des personnes et le trafic de migrants, ainsi que la piraterie maritime et les attaques de bateaux à main armée. Le partenariat entre INTERPOL et l’Union européenne s’agissant de relever ces défis en matière de criminalité figurera parmi les principales questions qui seront débattues lors de la conférence.

Le Ministre maltais de la Justice et de l’Intérieur, M. Carmelo Mifsud Bonnici, dans son discours liminaire, a décrit le réseau mondial INTERPOL comme « un ressort essentiel de la coopération internationale » contre le crime. M. Bonnici a indiqué que la conférence constituait une occasion « vitale » d’aborder des questions clés telles que l’immigration illégale et le terrorisme. « La conférence apportera une contribution importante au renforcement de la coopération contre la criminalité transnationale dans l’Union européenne », a-t-il déclaré. 

Le Ministre a souligné comment Malte, une nation insulaire de quelque 400 000 habitants, s’est retrouvée au beau milieu d’une crise migratoire dans le sillage de la vague de troubles qui a secoué l’Afrique du Nord, avec l’arrivée d’une centaine de milliers de demandeurs d’asile supplémentaires en provenance de la région nord-africaine, et ce, au cours des six dernières semaines uniquement.

Lors de l’ouverture de la conférence, le Président d’INTERPOL, M. Khoo Boon Hui, a déclaré que la réunion constituait une tribune essentielle pour faire de l’Organisation le lien vital entre la communauté des services européens chargés de l’application de la loi et le reste du monde, et qu’elle renforcerait la capacité d’INTERPOL à « examiner les préoccupations propres à une région en matière de criminalité et de sécurité sous un angle mondial ».    

La conférence ayant lieu à un moment où les profondes mutations qui s’opèrent dans le monde arabe et la mort d’Oussama Ben Laden sont susceptibles de bouleverser le paysage de la sécurité en Europe, le Président d’INTERPOL a déclaré : « Dans un monde de plus en plus interconnecté, les événements régionaux ont une incidence non seulement dans leur environnement immédiat, mais aussi au niveau mondial ».

« Nous sommes tous conscients que les organisations terroristes et les bandes criminelles organisées continueront à profiter de ces situations. Et malgré la mort d’Oussama Ben Laden, nous savons tous que les tentatives d’attentats terroristes se poursuivront dans le monde », a ajouté M. Khoo.   

« Dans le paysage de la sécurité tel qu’il se présente aujourd’hui, il est manifestement indispensable de travailler de concert pour remporter des succès policiers partout dans le monde. De nos jours, la lutte contre la criminalité nous impose de regarder au-delà de nos frontières nationales », a-t-il ajouté.

Le premier jour de la conférence, les hauts responsables de la police ont été informés de l’accent mis sur la nécessité d’une coopération internationale entre services chargés de l’application de la loi lors de la réunion ministérielle du G8 qui s’est tenue à Paris ce mardi. Lors de cette réunion, des ministres du monde entier ont débattu du problème du trafic de cocaïne et convenu de la nécessité d’intensifier la coopération internationale ainsi que les échanges d’informations entre les organisations compétentes (dont INTERPOL, Europol et l’ONUDC) et tous les pays concernés, à l’heure où un quart de la cocaïne consommée en Europe transite par l’Afrique de l’Ouest après avoir quitté l’Amérique du Sud.

Un autre point fort de l’ordre du jour de la conférence sera l’établissement de partenariats par les services chargés de l’application de la loi – y compris avec le secteur privé –, qui représente une part essentielle de la stratégie policière du
21ème siècle. En témoigne l’accord signé ce lundi par la FIFA et INTERPOL, en vertu duquel l’instance mondiale du football va donner 20 millions d’euros à INTERPOL au cours des dix prochaines années pour lui permettre de créer un centre FIFA de formation à la lutte anticorruption au sein de son Complexe mondial à Singapour.

test video