All news
|
Print
01 février 2011 - Media release

Le Colloque INTERPOL de police scientifique sur les armes à feu met l’accent sur l’action mondiale contre la criminalité liée aux armes à feu

LYON (France) – Une réunion internationale s’est ouverte au siège du Secrétariat général d’INTERPOL afin d’étudier les tendances et les progrès, aux niveaux national et international, en matière d’analyse et d’enquête de police scientifique sur les armes à feu, et de recommander l’adoption des meilleures pratiques internationales dans le cadre d’une réponse mondiale à la menace que constituent les infractions commises avec une arme à feu.

Organisé en coopération avec la société canadienne Forensic Technology, ce colloque de trois jours (1er - 3 février) rassemble plus de 200 balisticiens, spécialistes des sciences légales, professionnels des services chargés de l’application de la loi, responsables de la sûreté publique, décideurs et chefs de services nationaux de plus de 75 pays membres d’INTERPOL.

Dans son allocution d’ouverture, le Secrétaire Général d’INTERPOL, M. Ronald K. Noble, a déclaré qu’outre le danger qu’elles représentent pour la sûreté des citoyens de tout pays, les armes à feu font peser, à plus grande échelle, une menace sur la sécurité, la stabilité et le développement.

Le chef d’INTERPOL a précisé que le Réseau d’information balistique de l’Organisation (INTERPOL Ballistic Information Network - IBIN) permettrait aux agents de première ligne d’effectuer des recoupements entre des actes criminels apparemment sans lien entre eux, qui pourraient autrement passer inaperçus.

« Nous observons sans cesse des liens entre les infractions commises avec une arme à feu et d’autres activités criminelles, depuis la corruption et la criminalité organisée jusqu’au trafic d’êtres humains et au terrorisme. Les armes à feu et les activités pour lesquelles on les utilise ne connaissent aucune frontière. Une réponse au niveau mondial est donc nécessaire – réponse qu’INTERPOL est idéalement placé pour fournir », a déclaré M. Noble.

« De même que pour les données dactyloscopiques, l’échange international de données balistiques pourra aider à établir des liens entre des malfaiteurs et des infractions commises dans différents pays », a ajouté M. Noble.

Au cours de ce colloque, qui a pour thème central la mise en commun de renseignements sur les armes à feu, le Président de Forensic Technology, M. Robert A. Walsh, a déclaré : « La solution viable contre les infractions commises avec une arme à feu réside dans une combinaison optimale de professionnels bien informés, de programmes et de procédures élaborés avec soin, et de technologies utilisées de façon efficace. »

« Aucun pays n’est épargné par la violence liée aux armes à feu. Aussi est-il indispensable de mieux comprendre la cause profonde de ce type de violence si nous souhaitons relever les défis de la criminalité transnationale liée aux armes à feu », a ajouté M. Walsh.

Chaque arme à feu laisse des marques microscopiques uniques sur la surface des douilles et des balles qui ont été tirées – une empreinte balistique. La technologie actuelle en matière de balistique permet à INTERPOL et aux services chargés de l’application de la loi d’échanger et de comparer des milliers d’éléments de preuve en seulement quelques heures. INTERPOL prévoit que l’analyse des données balistiques échangées permettra de mettre au jour des itinéraires de trafic d’armes et de fournir à la police des informations essentielles sur des trafiquants et d’autres malfaiteurs violents.

Le Réseau d’information balistique d’INTERPOL (IBIN) est une plateforme internationale d’échange et de comparaison de données balistiques à grande échelle. Il met en relation les pays membres ou les territoires disposant du système IBIS (Integrated Ballistic Identification System) mis au point par Forensic Technology, notre partenaire dans ce projet, avec d’autres pays ou groupements régionaux prévoyant de s’équiper de ce système à l’avenir.