All news
|
Print
26 janvier 2011 - Media release

La Tunisie recherche son Président chassé du pouvoir et plusieurs membres de sa famille par le canal d’INTERPOL

LYON (France) – INTERPOL confirme que son Bureau central national (B.C.N.) de Tunis a diffusé une alerte mondiale via le réseau international de l’Organisation, en vue de la localisation et de l’arrestation de l’ancien Président tunisien Zine al-Abidine Ben Ali et de six membres de sa famille.

Comme l’indiquent les autorités tunisiennes dans les médias aujourd’hui, M. Ben Ali et certains membres de sa famille sont recherchés en Tunisie pour présomption de vol et transfert illicite de devises étrangères.

L’alerte (ou « diffusion INTERPOL ») contient les noms des personnes recherchées ainsi que différentes informations à leur sujet. Elle a été transmise directement par le B.C.N. de Tunis via le réseau de communication policière sécurisée d’INTERPOL, I-24/7, aux 187 autres pays membres de l’Organisation. Contrairement aux notices rouges INTERPOL concernant des personnes recherchées au niveau international, qui sont publiées à la demande des pays membres par le siège du Secrétariat général de l’Organisation, à Lyon, les diffusions sont transmises directement par les B.C.N. INTERPOL, sans intervention du Secrétariat général.

Dans la diffusion qu’il a envoyée, le B.C.N. de Tunis demande aux pays membres d’INTERPOL de rechercher et de localiser M. Ali et ses proches, et de procéder à leur arrestation provisoire en vue de leur extradition vers Tunis. Lorsque ces personnes seront localisées, les autorités tunisiennes transmettront des demandes officielles d’extradition par la voie diplomatique.

INTERPOL n’envoie pas d’agents pour procéder aux arrestations : celles-ci sont opérées par les services chargés de l’application de la loi des différents pays, conformément à leurs législations nationales respectives.

Toute demande d’information complémentaire sur la diffusion envoyée par la Tunisie concernant ces sept personnes et sur le fait qu’elles soient recherchées doit être adressée aux autorités tunisiennes.