All news
|
Print
09 mars 2011

Une formation INTERPOL organisée en Turquie

Afin d'encourager les efforts régionaux de lutte contre le bioterrorisme


ANTALYA (Turquie) – Des experts des services chargés de l’application de la loi, des responsables politiques, des universitaires ainsi que des représentants des autorités sanitaires et de l’Organisation mondiale de la santé ont participé à une formation de formateurs INTERPOL sur la prévention du bioterrorisme organisée à l’intention des pays d’Europe de l’Est et d’Asie centrale. La session était consacrée à la prévention et à la gestion des attentats bioterroristes, ainsi qu’à la préparation nécessaire pour y faire face.

Cette formation de cinq jours (du 21 au 25 février), la neuvième de ce type depuis 2007, était organisée par la police nationale turque. Elle a rassemblé 40 participants des 16 pays suivants (et 29 observateurs) : Bosnie-Herzégovine, Bulgarie, Géorgie, Grèce, Hongrie, Kazakhstan, Kirghizistan, Lituanie, Moldova, Ouzbékistan, Pologne, Slovénie, Tadjikistan, République tchèque, Turkménistan et Turquie. Trois observateurs du Bureau des affaires de désarmement des Nations Unies, de l’Unité d’appui à l’application de la Convention des Nations Unies sur les armes biologiques et du Centre européen pour la prévention et le contrôle des maladies (ECDC) étaient également présents.

Les formations de formateurs INTERPOL sur la prévention du bioterrorisme sont l’un des principaux axes autour desquels s’articule le Programme de prévention du bioterrorisme de l’Organisation. À cet égard, le chef du B.C.N. d’Ankara, M. Süleyman Isildar, qui est également Délégué pour l’Europe auprès du Comité exécutif d’INTERPOL, a souligné lors de son discours d’ouverture « l’importance que les services chargés de l’application de la loi soient préparés à ce type de criminalité ».

Les formations de formateurs INTERPOL sont organisées et dispensées de façon interactive. Elles ont pour objectif de renforcer la capacité des pays à assurer leurs propres formations de préparation au bioterrorisme. Les sessions régionales sont animées par une équipe de spécialistes issus de différents organismes et services du monde entier. Outre l’aide apportée aux efforts de prévention du bioterrorisme et le renforcement des capacités des formateurs, ces formations visent à favoriser la coopération interservices, à recenser les lacunes en matière de stratégies et de ressources, à développer les échanges et la coopération au niveau sous-régional et à recommander des réformes de la législation.