All news
|
Print
25 mai 2010 - Media release

Le patron d’INTERPOL exhorte les chefs de police des Caraïbes à rester des pionniers en matière de sécurité régionale

SAINT THOMAS (îles Vierges des États-Unis) – Les chefs de police des Caraïbes ont été exhortés aujourd’hui par le patron d’INTERPOL à continuer à faire œuvre de pionnier en matière de sécurité en devenant la première région au monde à utiliser le réseau INTERPOL pour vérifier les passeports de tous les visiteurs et dans le même temps à s’assurer d’une réponse des plus rapide de la part de l’Organisation en accordant aux titulaires du document de voyage INTERPOL un régime spécial en matière de visa.

Prenant la parole devant l’Association des Chefs de police des Caraïbes (ACCP), le Secrétaire Général d’INTERPOL, Ronald K. Noble, a déclaré que c’est l’esprit novateur de la région des Caraïbes qui lui avait permis de devenir, en 2007, la première au monde à révolutionner la gestion de la sécurité aux frontières en instaurant le contrôle systématique des documents des voyageurs internationaux par rapport aux informations figurant dans la base de données INTERPOL sur les documents de voyage volés et perdus (SLTD). 

Dans le cadre de l’assistance apportée à la région des Caraïbes en matière de sécurité lors de la Coupe du monde 2007 de cricket, INTERPOL avait en outre déployé dans les dix pays organisateurs une Cellule INTERPOL de soutien aux grandes manifestations (IMEST) composée de fonctionnaires de l’Organisation de différentes nationalités.

Ce projet commun historique avec la région des Caraïbes a tout naturellement amené cette dernière à devenir la première région accordant officiellement aux titulaires du document de voyage INTERPOL un régime spécial en matière de visa.

« Notre vision est celle d’un monde dans lequel chaque fonctionnaire se déplaçant pour le compte d’INTERPOL à la demande de nos pays membres peut le faire de façon plus rapide et efficace que les malfaiteurs contre lesquels nous luttons », a déclaré le chef de l’Organisation.

« Lorsque nous apportons notre aide au lendemain d’une crise majeure, qu’il s’agisse d’une affaire criminelle ou d’une catastrophe naturelle, il est essentiel que nous rencontrions aussi peu d’obstacles que possible pour accélérer la collaboration policière internationale. »

« L’exemption de visa accordée aux titulaires du document de voyage INTERPOL aidera considérablement l’Organisation à apporter un soutien plus efficace sur le terrain lorsqu’un pays membre le nécessite ou le demande», a conclu M. Noble.

Le chef de la plus importante organisation de police au monde a déclaré que, pour les régions, soutenir l’assistance et les outils INTERPOL comporte des avantages évidents à long terme, comme le montre l’élargissement de l’accès régional aux bases de données SLTD pour la Coupe du monde 2007 de cricket.

En janvier 2010, des agents chargés des contrôles aux frontières de la Trinité-et-Tobago ayant accès à la base de données INTERPOL ont pu intercepter cinq personnes voyageant avec des passeports suédois volés au Venezuela, parmi lesquelles se trouvait un individu recherché par les Pays-Bas pour des accusations de trafic d’êtres humains.

Le Secrétaire Général Noble a déclaré qu’en apportant leur soutien au document de voyage INTERPOL, les chefs de police des Caraïbes pourraient à nouveau donner l’exemple au monde entier grâce à l’adoption de mesures innovantes en matière de coopération policière internationale.

Ce discours du chef de l’Organisation prononcé aux îles Vierges des États-Unis est venu clore sa mission de deux semaines dans la région des Caraïbes, durant laquelle il a rencontré des dirigeants et des hauts responsables de police des Bahamas, de Saint-Kitts-et-Nevis, de la Dominique, de la Grenade et de Saint-Vincent-et-les Grenadines.