All news
|
Print
27 janvier 2010 - Media release

INTERPOL salue la réussite de l’opération Storm II en Asie du Sud-Est, qui a permis de démanteler un commerce de contrefaçons de produits médicaux

YOGYAKARTA (Indonésie) – Une opération de police multinationale visant la fabrication et la distribution de contrefaçons de médicaments en Asie du Sud-Est a débouché sur plus de 30 arrestations ainsi que sur la saisie de 20 millions de médicaments illicites et de contrefaçon (antibiotiques, antipaludéens et contraceptifs, sérums antitétaniques, aspirine et médicaments traitant les problèmes d’érection). Elle a également abouti à la fermeture de plus de 100 pharmacies et points de vente illicites de médicaments.

Lancée sous les auspices du Groupe spécial international anti-contrefaçon de produits médicaux (IMPACT) de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l’opération Storm II (juillet - novembre 2009) a été coordonnée par INTERPOL et a reçu l’appui du Bureau régional du Pacifique occidental de l’OMS. Elle a permis la coopération des services de police, des douanes et des organismes de contrôle des médicaments de huit pays (le Cambodge, la Chine, l'Indonésie, le Laos, le Myanmar, Singapour, la Thaïlande et le Viet Nam), ainsi que d’organisations internationales et du secteur privé.

Des actions ciblées et coordonnées ont abouti à au moins 33 arrestations, ainsi qu’à la fermeture de plus de 100 pharmacies et points de vente illicites de médicaments. Plus de 12 millions de comprimés de faux médicaments et de produits médicaux (comprimés, flacons, sachets) ont été saisis, ainsi que près de 8 millions de comprimés d’autres médicaments illicites (produits médicaux périmés, non enregistrés ou détournés).

Des enquêtes de police scientifique ont été menées avec l’appui de la Health Science Authority de Singapour et du Counterfeit Drug Forensic Investigation Network (CODFIN), un réseau de laboratoires financé par la Fondation Gates.
« Je tiens à adresser mes félicitations aux pays participants, dont la mobilisation a permis à l’opération Storm II de s’attaquer avec succès à la menace que les faux médicaments représentent pour l’ensemble des citoyens », a déclaré le Secrétaire Général d'INTERPOL, M. Ronald K. Noble. « Cela montre qu’il est essentiel de mettre en œuvre une collaboration reposant sur un partenariat entre les secteurs public et privé ainsi que des actions communes internationales si nous voulons porter un coup sévère au commerce de faux médicaments », a-t-il ajouté.

Concernant la décision des pays participants de créer un « réseau Storm » dans la région, en collaboration avec le Bureau régional du Pacifique occidental, en vue de mettre sur pied et de perfectionner sans relâche des actions communes de lutte contre la contrefaçon, M. Noble a ajouté : « Cette réponse concertée est d’autant plus importante à l’heure où la mondialisation et la modernisation des technologies font que les modes de fabrication et de distribution de faux médicaments n’ont plus de frontières, croissent et se multiplient, représentant de ce fait une menace accrue pour la santé et la vie des personnes. »

Le débriefing de l’opération a été suivi d’une formation (25 - 26 janvier) dispensée à Jakarta dans le cadre du Programme INTERPOL - IMPACT, et de l’expression de suggestions de la part du secteur privé, avec la participation de plus de 40 personnes issues de la police indonésienne, des douanes, d’organismes de contrôle et du ministère de la Justice.

« Le problème de la contrefaçon des produits médicaux ne doit pas être géré par les seuls secteurs de la santé dans la mesure où il s’agit d’un phénomène criminel qui requiert la mobilisation de l’ensemble des parties prenantes du système de justice pénale – police, justice, douanes et organismes nationaux de réglementation », a indiqué le Dr  Kustantinah, chef de l’Agence nationale indonésienne des médicaments et de l’alimentation, lors de la cérémonie d’ouverture de la formation.

Les résultats de l’opération Storm II sont arrivés au moment où INTERPOL annonçait la création d’un service Contrefaçon de produits médicaux et criminalité liée aux produits pharmaceutiques (MPCPC), principalement chargé d’apporter un appui au programme IMPACT de l’OMS ainsi qu’à la lutte contre les autres infractions visant les produits pharmaceutiques, dont la vente de médicaments de contrefaçon sur Internet.

La responsable de ce nouveau service, Mme Aline Plançon, qui co-préside également le Programme INTERPOL - IMPACT, a déclaré que le service représentait un grand pas en avant dans la dynamique internationale visant à « susciter des efforts concertés dans le monde entier en vue de démanteler les réseaux criminels transnationaux responsables du fléau de la contrefaçon de médicaments ».