All news
|
Print
04 novembre 2009 - Media release

Le Président du Cameroun accepte d’accorder au passeport INTERPOL un statut dérogatoire à l’obligation de visa

YAOUNDÉ (Cameroun) – Le Cameroun est aujourd’hui devenu le dernier pays en date à faire bénéficier d’une dispense de visa les titulaires du passeport INTERPOL en déplacement au nom de l’Organisation, à la suite de discussions entre le Président camerounais et le Secrétaire Général d’INTERPOL.

Lors d’une réunion en marge de la conférence du Comité des Chefs de police d'Afrique centrale (CCPAC) qui s’est tenue à Yaoundé, le Président camerounais, M. Paul Biya, a par ailleurs indiqué au Secrétaire Général d’INTERPOL, M. Ronald K. Noble, qu’il recommanderait aux autres chefs d’État présents lors du prochain sommet de la Communauté économique et monétaire des États d’Afrique centrale (CEMAC) de faire de même.

Le Secrétaire Général Noble a salué la décision du Cameroun – quatrième pays membre à dispenser de visa les titulaires du passeport INTERPOL – comme une avancée importante.

« En dispensant de visa les titulaires du passeport INTERPOL, le Président du Cameroun fait en sorte que ses concitoyens bénéficient sans délai du soutien d’INTERPOL à chaque fois que cela s’avérera nécessaire et partout dans le pays », a précisé M. Noble.

« Lorsque des fonctionnaires voyagent avec un passeport INTERPOL dans le cadre de leurs fonctions officielles, cela signifie qu’ils se rendent dans le pays en question afin d’aider à prévenir ou combattre la criminalité, ou pour faire face à une catastrophe. Il est donc essentiel qu’ils puissent s’y rendre sans difficulté afin de pouvoir remplir leur mission de soutien auprès des pays membres concernés. »

« La décision du Président Biya de faire en sorte que le Cameroun accorde au passeport INTERPOL un statut dérogatoire à l’obligation de visa est tout à fait importante, mais ce qui est particulièrement exceptionnel, c’est son engagement à appeler d’autres dirigeants de pays d’Afrique centrale membres de la CEMAC à en faire autant », a ajouté le Secrétaire Général Noble.

« Aucun pays ni aucune région ne sait à quel moment il aura besoin de l’aide de l’Organisation, mais ceux qui dispensent de visa les titulaires du passeport INTERPOL se déplaçant dans le cadre de leurs fonctions officielles sur l’invitation du pays concerné sauront qu’aucune barrière inutile ne viendra nous retarder », a conclu le chef d’INTERPOL.

La création d’un passeport INTERPOL a été officiellement annoncée lors de la récente Assemblée générale qui s’est tenue à Singapour, au cours de laquelle le Pakistan, l’Ukraine et la République démocratique du Congo ont également accordé une dispense de visa aux titulaires du passeport INTERPOL.

Lors de sa mission au Cameroun, le Secrétaire Général d’INTERPOL ouvrira par ailleurs officiellement le nouveau Bureau régional de Yaoundé, le quatrième en Afrique – avec ceux d’Abidjan (Côte d’Ivoire), de Harare (Zimbabwe) et de Nairobi (Kenya) – et sixième dans le monde. Il existe en outre des Bureaux régionaux pour les Amériques à Buenos Aires (Argentine) et à San Salvador (El Salvador), ainsi que des bureaux de liaison à Bangkok (Thaïlande), auprès des Nations Unies, à New York, et de l’Union européenne, à Bruxelles (Belgique).