All news
|
Print
06 août 2009 - Media release

Le Pakistan demande aux pays membres d’INTERPOL de l’aider à retrouver 13 individus recherchés à la suite des attentats terroristes de Mumbay

LYON (France) – Le Bureau central national d’INTERPOL (B.C.N.) à Islamabad (Pakistan) a diffusé un message d’alerte mondial concernant 13 individus recherchés par les services de police pakistanais dans le cadre de l’enquête en cours sur les attentats terroristes perpétrés à Mumbay en novembre 2008.

Ce message d’alerte demande aux pays membres d’INTERPOL d’aider à localiser les fugitifs et d’informer immédiatement le B.C.N. d’Islamabad ainsi que le Secrétariat général de l’Organisation, dont le siège est à Lyon, de toute piste d’enquête. Si les individus sont localisés, les autorités pakistanaises demanderont officiellement leur arrestation provisoire en vue d’extradition en vertu de tout traité applicable en la matière.

Envoyée aux 186 autres pays membres via le réseau de communication policière sécurisée d’INTERPOL, I-24/7, l’alerte en question – appelée « diffusion » – contient les noms des fugitifs ainsi que d’autres données nominatives. Enregistrée par le Centre de commandement et de coordination de l’Organisation dans sa base de données sur les personnes recherchées, la diffusion permettra de faire en sorte que l’attention de tous les pays membres soit attirée sur le fait que ces 13 individus sont recherchés et que leurs déplacements sont enregistrés.

Le Secrétaire Général d’INTERPOL, Ronald K. Noble, a salué la coopération du Pakistan avec la communauté policière internationale. Il a déclaré que l’enquête sur les attentats de Mumbay soulignait le rôle central joué par les outils internationaux dont dispose l’organisme de police mondial pour soutenir ses pays membres dans leur lutte contre le terrorisme, en diffusant des informations partout dans le monde afin de permettre la localisation puis l’arrestation des terroristes présumés.

« Si les informations relatives au terrorisme ne sont pas enregistrées dans les bases de données mondiales d’INTERPOL et diffusées dans l’ensemble de son réseau à travers le monde, aucune enquête internationale liée au terrorisme ne pourra jamais être considérée comme terminée, et tous les pays qui ne disposent pas de ces informations vitales sont en danger », a affirmé le Secrétaire Général Noble.

« Les autorités du Pakistan doivent être félicitées pour leur exploitation de toutes les possibilités offertes par le réseau et les outils mondiaux d’INTERPOL. Celle-ci témoigne de leur détermination à permettre que les 187 pays membres de l’Organisation tirent profit de l’enquête sur les attentats terroristes de Mumbay et y prêtent leur concours ».

« Le Pakistan contribuera par ses actions dans cette affaire à fixer de nouvelles normes internationales en matière d’enquêtes sur le terrorisme, en particulier dans les affaires où sont impliqués des ressortissants étrangers », a ajouté M. Noble.

Au lendemain des attentats terroristes qui se sont déroulés du 26 au 29 novembre 2008, faisant près de 170 morts, INTERPOL a immédiatement proposé d’envoyer une Cellule de crise à Mumbay. Une délégation d’INTERPOL conduite par le Secrétaire Général Ronald K. Noble s’est par la suite rendue en Inde et au Pakistan pour offrir un appui en matière d’enquête et de prévention, et développer la coopération internationale dans la lutte contre le terrorisme.