All news
|
Print
15 mai 2009 - Media release

L’arrestation de plusieurs membres des « Panthères roses » souligne l’importance d’une étroite coopération policière pour lutter contre les activités criminelles de ce gang

LYON (France) – L’arrestation à Paris, au début de cette semaine, de deux membres présumés des « Panthères roses », un gang international de voleurs de bijoux, met en évidence l’intérêt d’une étroite coopération entre services de police pour lutter contre la criminalité transnationale, a affirmé un haut responsable d’INTERPOL.

Après la création par INTERPOL, en juillet 2007, d’une cellule internationale sur les « Panthères roses » afin de coordonner la campagne mondiale lancée contre le gang dans les 187 pays membres de l’Organisation, M. Jean-Michel Louboutin, Directeur exécutif des Services de police d’INTERPOL, a affirmé que ces arrestations démontraient l’importance du partage des informations de police essentielles pour combattre la criminalité transnationale.

« Ces arrestations sont la preuve éclatante des résultats qui peuvent être obtenus par les services chargés de l’application de la loi du monde entier lorsqu’ils coopèrent et échangent des informations essentielles pouvant être exploitées par la police sur le terrain », a déclaré M. Louboutin.

« INTERPOL félicite donc les autorités françaises et suisses dont les efforts conjugués ont permis l’arrestation de ces deux individus dangereux. »

L’étroite collaboration entre les services de police suisses et français à la suite du braquage, la semaine dernière, d’une bijouterie à Lausanne (Suisse), a permis l’arrestation de Nicolai Ivanovic, âgé de 36 ans, et de Zoran Kostic, âgé de 38 ans, qui seraient tous les deux des membres importants du gang accusé d’avoir fait main basse sur 100 millions d’euros de bijoux lors d’une série de vols commis ces 10 dernières années.

Tandis que les enquêteurs s’emploient notamment à exploiter les dernières informations recueillies à la suite de l’opération menée lundi à Paris par la Brigade de répression du banditisme, dans le but de faire la lumière sur une série de vols à main armée commis en Europe, en Asie et dans les pays du Golfe, INTERPOL prévoit de tenir dans les jours qui viennent une réunion opérationnelle d’enquêteurs de police de différents pays, afin que les éléments obtenus à la suite des interpellations puissent être mis en commun.

Parmi les arrestations les plus marquantes de membres présumés du gang des « Panthères roses » opérées ces dernières années figurent celles d’un Serbe et d’un Bosniaque interpellés l’année dernière à Monaco alors qu’on les soupçonnait de préparer un vol. Trois autres ressortissants serbes ont été condamnés en France, en septembre, à des peines allant de six à 15 ans de prison.

La police chypriote a également arrêté, en mars dernier, un ressortissant du Monténégro qui appartiendrait au gang de voleurs de bijoux : Rifat Hadziahmetovic a été intercepté alors qu’il tentait de quitter l’aéroport de Larnaca, parce qu’il voyageait avec un faux passeport bulgare. C’est grâce aux informations transmises par INTERPOL aux autorités chypriotes qu’un contrôle d’identité des services de police a permis de découvrir que l’homme arrêté n’était autre que Rifat Hadziahmetovic, membre présumé des « Panthères roses » faisant l’objet de deux notices rouges INTERPOL – autrement dit figurant sur la liste des personnes recherchées au niveau international de l’Organisation.