All news
|
Print
14 décembre 2008 - Media release

La police marocaine arrête un prisonnier évadé objet d’une notice INTERPOL

LYON (France) – Un trafiquant de drogue présumé qui faisait l’objet d’une notice INTERPOL depuis son évasion alors qu’il se trouvait sous la garde de la gendarmerie française a été arrêté par la police marocaine.

Mohamed Benabdelhak était transféré de la prison au tribunal de Beauvais (France), le 18 novembre, lorsque le véhicule qui le transportait a été attaqué par une bande d’hommes armés qui ont ensuite pris la fuite avec l’intéressé, âgé de 29 ans.

Dans les 24 heures qui avaient suivi l’évasion, le Bureau central national d’INTERPOL à Paris avait publié en collaboration avec le Centre de commandement et de coordination du Secrétariat général de l’Organisation, à Lyon, une notice internationale comportant des éléments devant permettre d’identifier l’individu, comme sa photographie et ses empreintes digitales.

Le vendredi 12 décembre, alors qu’il sortait d’un restaurant, la police a arrêté Benabdelhak à Casablanca après avoir pu confirmer son identité grâce aux données diffusées par INTERPOL.

« Cette affaire met une fois encore clairement en évidence la nécessité pour les services chargés de l’application de la loi d’agir et de penser en se plaçant dans une perspective mondiale et non uniquement régionale, et la France comme le Maroc doivent être félicités pour leur action dans cette affaire », a déclaré le Directeur exécutif des Services de police d’INTERPOL, Jean-Michel Louboutin.

« Les malfaiteurs opèrent sans souci des frontières, des zones géographiques ou des régions politiques, aussi les services de répression doivent-ils eux aussi toujours voir au-delà de ces frontières. À cet égard, le réseau mondial d’INTERPOL est fondamental, permettant d’assurer la coopération la plus large entre les polices en identifiant et en arrêtant des personnes recherchées partout dans le monde », a ajouté M. Louboutin.

Une résolution soulignant la nécessité pour les pays membres d’avertir le Secrétariat général en cas d’évasion de terroristes présumés et d’autres criminels dangereux a été adoptée par l’Assemblée générale d’INTERPOL en 2006.