All news
|
Print
17 novembre 2008 - Media release

L’Afrique connaît la plus importante opération jamais menée contre les atteintes à la faune sauvage coordonnée par INTERPOL

Une opération visant la criminalité liée aux espèces sauvages s’est déroulée samedi dernier dans toute l’Afrique, aboutissant à l’arrestation d’une soixantaine de personnes et à la saisie d’une tonne d’ivoire d’éléphant. Pendant une journée, plus de 50 sites parmi lesquels des marchés locaux, des aéroports, des postes-frontières et des lieux de contrebande ont été passés au peigne fin.

Les arrestations et les saisies ont été effectuées dans le cadre d’une opération coordonnée par INTERPOL à laquelle participaient les services chargés de l’application de la loi de cinq pays : l’Opération Baba qui s’est déroulée avec la participation de 300 agents des services de police, de douane, de protection de la vie sauvage et de renseignement du Congo (Brazzaville), du Ghana, du Kenya, de l’Ouganda et de la Zambie, a été la plus importante opération internationale jamais menée contre le trafic d’espèces sauvages en Afrique.

Les marchés nationaux clandestins de l’ivoire sont régulièrement désignés par les organismes de protection de la nature – notamment par la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES), administrée par les Nations Unies – comme l’une des principales causes de la poursuite du braconnage des éléphants et du commerce illicite de l’ivoire. L’Opération Baba, mise sur pied pour lutter contre ce problème, constitue la première d’une série du même type qu’il est prévu d’organiser dans toutes les régions du monde.

« Avec la « mondialisation » des réseaux criminels, la coopération transnationale est devenue la clé du succès des actions de répression, comme l’a montré l’Opération Baba » a déclaré le Directeur exécutif des Services de police, M. Jean-Michel Louboutin.

« C’est précisément là où le rôle central d’INTERPOL, qui est de faciliter la coopération entre les services chargés de l’application de la loi de nombreux pays, prend toute son importance » a-t-il indiqué. « Les bons résultats obtenus lors de l’opération sont le fruit de l’action concertée, par-delà les frontières, des services de police, de protection de la vie sauvage et de renseignement ».

M. Giuliano Zaccardelli, Directeur du Programme OASIS d’INTERPOL (Assistance opérationnelle, services et soutien en matière d’infrastructure), a indiqué qu’OASIS visait à aider les pays d’Afrique à organiser de telles opérations de lutte en renforçant leur capacité à faire face aux menaces en matière de criminalité aux niveaux national, régional et mondial.

« Cette coopération entre pays d’Afrique orientale, occidentale et australe pour lutter contre les atteintes à la faune sauvage fera figure d’exemple. Des opérations analogues à l’opération Baba pourraient être menées en Asie, dans les Amériques et dans toute autre région où des criminels se livrent au trafic de produits illicites de la faune sauvage » a-t-il ajouté.

L’Opération Baba, ainsi dénommée pour honorer la mémoire de Gilbert Baba, ranger du Wildlife Department du Ghana tué par des trafiquants il y a 10 ans, était coordonnée par le Secrétariat général d’INTERPOL, qui se trouve à Lyon (France). Les membres du Groupe de travail d’INTERPOL sur la criminalité liée aux espèces sauvages lui ont prêté leur concours, et elle a bénéficié du soutien de la Humane Society of Canada, de la Humane Society International et de l’IFAW (Fonds international pour la protection des animaux).

Un important soutien a également été apporté par l’Équipe spéciale de l’Accord de Lusaka (LATF), créée en 1994 par plusieurs gouvernements africains pour constituer un mécanisme de coopération régionale en vue de lutter contre le commerce illicite de la faune et de la flore sauvages.

Le financement de cette opération de grande ampleur a été assuré par le gouvernement fédéral de l’Allemagne dans le cadre du Projet OASIS Afrique du Secrétariat général d’INTERPOL, qui a pour objectif de renforcer les capacités opérationnelles de la police dans la région et vise à lui donner davantage de moyens pour pouvoir lutter efficacement contre la criminalité nationale et internationale.