All news
|
Print
08 octobre 2008 - Media release

INTERPOL demande la constitution d’un fonds mondial d’un milliard d’euros pour faire face, dans le cadre de son Initiative de sécurité globale, aux défis d’aujourd’hui en matière de sécurité

SAINT-PÉTERSBOURG (Russie) – INTERPOL a lancé aujourd’hui son Initiative de sécurité globale (ISG), adoptée par les délégués à la 77ème Assemblée générale comme le moyen pour l’organisation de donner une assise mondiale au travail de police du 21ème siècle par l’établissement de partenariats stratégiques.

Lors de la réunion, le Secrétaire Général d’INTERPOL, M. Ronald K. Noble, a engagé les gouvernements et le secteur privé à adhérer aux idéaux de l’ISG et à apporter leur soutien financier à une nouvelle approche de la lutte internationale contre la criminalité, en traduisant les paroles en actes et en dotant le Fonds pour l’ISG d’un milliard d’euros.

M. Noble a déclaré que l’organisation, de par la position unique qu’elle occupe, était extrêmement bien placée pour relever les défis d’aujourd’hui en matière de sécurité, et que l’action policière internationale se trouvait à la croisée des chemins, sachant que la voie vers un monde plus sûr nécessitait une redéfinition radicale de l’application de la loi à l’échelle internationale, ainsi que des ressources nécessaires à son financement.

Le Secrétaire Général Noble a affirmé qu’entraient dans la notion de sécurité internationale bien d’autres aspects que la stabilité militaire et politique.

« La sécurité internationale passe également par la stabilité de l’économie mondiale, la victoire sur la pauvreté, la sécurité économique et l’instauration d’un dialogue entre les civilisations », a-t-il ajouté. « Les services chargés de l’application de la loi sont sans cesse obligés, dans le monde de plus en plus complexe et interdépendant dans lequel nous vivons, de trouver des moyens novateurs de protéger nos concitoyens et de mettre hors d’état de nuire les individus qui menacent notre sécurité à tous ».

Dans son discours prononcé devant l’Assemblée générale, le Premier ministre russe, M. Vladimir Poutine - premier chef de gouvernement à prendre la parole devant cette Assemblée depuis 1995 - avait auparavant salué l’efficacité d’INTERPOL et de son réseau mondial reliant 187 pays dans la lutte contre la criminalité transnationale, et appelé à la coopération avec la plus grande organisation de police au monde.

Le Secrétaire Général Noble a ajouté qu’INTERPOL était plus utile que jamais depuis qu’il avait institutionnalisé la culture de l’innovation auprès des professionnels de l’application de la loi en réponse aux mutations constantes de l’environnement dans lequel ils évoluent. À cet égard, il a déclaré que l’Initiative de sécurité globale d’INTERPOL pour le 21ème siècle doterait d’un « cadre essentiel » une stratégie globale de nature à faire tomber les barrières qui empêchaient jusqu’ici l’établissement de partenariats constructifs et durables entre gouvernements, organisations internationales et secteur privé, et orienterait le dialogue sur la meilleure façon de relever les défis en matière de sécurité régionale et mondiale.

« La cybersécurité, les menaces transnationales, le trafic de drogues et d’êtres humains, le financement du terrorisme – ce sont là des problèmes qui ne connaissent pas de frontières et ne peuvent être résolus facilement sans une approche globale des actions à mettre en œuvre pour les combattre », a affirmé M. Noble.

« S’attaquer au problème de la sécurité mondiale a un coût – un coût de plusieurs milliards de dollars – et cela ne sera pas possible sans l’engagement plein et entier des gouvernements envers les services chargés de l’application de la loi », a déclaré M. Noble. « Le travail de police fait depuis bien trop longtemps figure de parent pauvre de la sécurité, mais nous pouvons commencer à résoudre ce problème en instituant une culture mondiale en vertu de laquelle, par exemple, pour chaque euro versé au titre de l’aide au développement, un cent serait versé à un fonds mondial au profit du travail de police ».

L’idée de « partenariats stratégiques au niveau mondial » – au cœur même de l’ISG – a déjà été mise en pratique par INTERPOL, qui a conclu toute une série de partenariats avec les Nations Unies, l’Union européenne, et le secteur privé. Il y a quelques mois, INTERPOL a lancé son projet OASIS (pour Operational Assistance, Services and Infrastructure Support – Assistance opérationnelle, services et soutien en matière d’infrastructure) en Afrique afin de mettre en œuvre des projets d’actions policières et d’apporter un appui dans ce domaine dans toute la région, le ministère des Affaires étrangères de l’Allemagne s’étant engagé à verser au cours des quatre prochaines années plus de 20 millions d’euros destinés à financer le renforcement des capacités, l’assistance opérationnelle et le soutien en matière d’infrastructure.