All news
|
Print
11 janvier 2008

L’auteur présumé d’abus pédosexuels arrêté à la suite du tout premier appel à témoins lancé par INTERPOL comparaît devant les tribunaux thaïlandais

Un pédophile présumé arrêté suite au premier appel à témoins mondial jamais lancé par INTERPOL a comparu vendredi devant un tribunal de Bangkok. Christopher Paul NEIL, un Canadien de 32 ans, a plaidé non coupable des accusations d’abus sexuels commis sur des mineurs en Thaïlande. Le tribunal a fixé au 10 mars la date d’ouverture de son procès. S’il est reconnu coupable, il encourt une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à 20 ans.

NEIL a été arrêté en Thaïlande le 19 octobre dernier après la mise en œuvre par INTERPOL de l’Opération VICO, une chasse à l’homme internationale rendue possible par la diffusion d’une image exploitable de son visage obtenue à partir de photographies modifiées par ordinateur circulant sur Internet, sur lesquelles on voyait cet homme se livrer à des abus sexuels sur des enfants. Son arrestation par la Police royale thaïlandaise est intervenue seulement 10 jours après le lancement par INTERPOL d’un appel à témoins mondial sans précédent visant à identifier l’homme qui apparaissait sur une série de plus de 200 images d’abus pédosexuels.

Pour les besoins de l’Opération VICO, INTERPOL a fait appel au public pour la première fois de son histoire, diffusant des portraits d’un homme non identifié photographié en train d’abuser sexuellement de jeunes garçons au Viêtnam et au Cambodge. Cet appel est en outre à l’origine d’une autre première, attirant un nombre record de visiteurs sur le site Internet de l’organisation, avec plus de 1,6 million de visites enregistrées pour la seule journée du 8 octobre – date à laquelle l’appel a été lancé.

En l’espace de trois jours, grâce à sa collaboration avec ses Bureaux centraux nationaux présents dans 186 pays membres, INTERPOL a pu obtenir le nom de NEIL, sa nationalité, sa date de naissance, son numéro de passeport et ses lieux de travail passés et actuel. L’organisation a reçu les témoignages de centaines de particuliers, et grâce aux informations fournies par cinq sources différentes sur trois continents, il a pu être établi que le pédophile présumé était un professeur d’anglais travaillant dans une école en Corée du Sud.

Bien que les photographies sur lesquelles apparaissait NEIL aient été retouchées par ordinateur afin que son visage ne soit pas reconnaissable, des experts en informatique du Bundeskriminalamt  (BKA), la police fédérale allemande, ont collaboré avec des spécialistes d’INTERPOL afin d’obtenir des images exploitables.