All news
|
Print
05 novembre 2007 - Media release

L’Assemblée générale d’INTERPOL s’ouvre à Marrakech (Maroc)

Les pays membres encouragés à utiliser tous les outils INTERPOL


MARRAKECH – La 76ème Assemblée générale d’INTERPOL s’est ouverte lundi sur un appel lancé aux pays membres pour qu’ils exploitent davantage les possibilités et la capacité qu’a l’organisation d’identifier, de localiser et d’arrêter des malfaiteurs internationaux.

Près de 600 délégués de 144 pays membres sont réunis à Marrakech pour cette assemblée de quatre jours, qui marque par ailleurs le 50 ème anniversaire de l’adhésion du Maroc à INTERPOL.

Parmi les questions importantes pour les délégués figure la diffusion d’appels directs aux citoyens pour qu’ils aident à retrouver les personnes recherchées. Ce débat fait suite à la décision d’INTERPOL de publier sur son site Web la photographie d’un pédophile présumé jusque-là inconnu, et de solliciter le concours du public pour l’identifier.

Grâce aux informations fournies par des personnes de trois continents, la coordination mise en œuvre entre les Bureaux centraux nationaux INTERPOL du Canada, de la Corée du Sud, du Viêtnam et du Cambodge a abouti à l’arrestation en Thaïlande du Canadien Christopher Paul NEIL, seulement dix jours après le lancement de l’appel à témoins.

Le Président d’INTERPOL, M. Jackie Selebi, a déclaré que l’organisation avait franchi un cap dans la coopération policière mondiale contre la criminalité internationale, et a exhorté les délégués à utiliser pleinement les ressources d’INTERPOL pour que de tels succès puissent continuer à être obtenus.

"En tant que plus importante organisation policière au monde, nous devons constamment mesurer quels sont notre rôle et nos responsabilités au regard de l’aide à apporter pour protéger les populations, et en particulier nos enfants", a affirmé le Président Selebi.

"Les outils mis en place par INTERPOL offrent des possibilités quasi illimitées lorsqu’il s’agit de renforcer le travail de police au niveau mondial – faisant en sorte que nous, policiers, disposions des informations dont nous avons besoin pour faire notre travail afin d’empêcher malfaiteurs et terroristes d’entrer dans nos pays ou d’essayer de prendre la fuite une fois leurs crimes ou attentats commis".

Dans son discours d’ouverture, M. Chakib Benmoussa, Ministre de l’Intérieur du Maroc, a souligné la nécessité d’une coopération mondiale pour assurer la sécurité des citoyens.

"Le Maroc considère la coopération internationale dans le domaine de la lutte contre la criminalité comme un choix stratégique pour le maintien de la sécurité, de la paix et la protection des personnes et des biens", a-t-il déclaré.

M me Michèle Alliot-Marie, Ministre de l’Intérieur de la France, a insisté sur la nécessité d’un INTERPOL fort et dynamique.

"Mon pays reste convaincu qu’INTERPOL doit jouer un rôle spécifique, central et prépondérant au service de la communauté internationale".