All news
|
Print
18 juin 2007 - Media release

L’accès aux bases de données d’INTERPOL franchit une nouvelle étape grâce à la police croate

ZAGREB – Les services de police croates vont être les tout premiers au monde à accéder directement aux bases de données d’INTERPOL depuis des téléphones mobiles et des ordinateurs portables.

Grâce aux solutions techniques mises au point par les autorités croates et le Secrétariat général d’INTERPOL, les policiers de tout le pays pourront procéder à des vérifications instantanées sur l’identité d’un individu, sur ses documents de voyage ou sur le véhicule à bord duquel il se déplace.

Le Secrétaire Général d'INTERPOL, M. Ronald K. Noble, le Ministre croate de l’Intérieur, M. Ivica Kirin, et le Chef de la police croate, M. Marijan Benko, ont présenté le nouveau système à la Direction générale de la police ce lundi.

"Je suis fier que la Croatie soit le premier pays à utiliser cette technologie, qui représente un progrès important pour nos services de répression sur tout le territoire", a déclaré le Ministre Kirin.

"Il faut également y voir la preuve de notre engagement à œuvrer avec INTERPOL et nos collègues policiers du monde entier à la lutte contre toutes les formes de criminalité."

La possibilité d’accéder aux bases de données d’INTERPOL à partir de plateformes mobiles fait suite à une proposition du B.C.N. de Zagreb au moment où la Croatie a commencé à ouvrir l’accès à I-24/7 aux points de contrôle frontaliers. Force a alors été de constater assez rapidement et à de nombreux égards que les infrastructures qui auraient permis de raccorder l’ensemble des postes de travail étaient soit insuffisantes soit inexistantes.

"Il s’agit d’un progrès important dans la mesure où grâce à ce système, les informations transmises par les Bureaux centraux nationaux de nos 186 pays membres sont disponibles là où elles sont utiles, c’est-à-dire sur le terrain", a déclaré le Secrétaire Général d’INTERPOL, M. Ronald K. Noble.

"Le travail de police ne se réduit pas à des bureaux ou à des lieux précis, et il doit en être de même pour l’accès aux informations dont les policiers ont besoin pour faire leur travail".

"La solution mise au point par la Croatie constitue une avancée décisive aux fins du développement de la coopération policière internationale, et j’espère qu’elle s’étendra au reste du monde."

Ce raccordement mobile est en cours de déploiement dans le pays, et l’ensemble des services de police de la Croatie devraient pouvoir l’utiliser pour accéder aux bases de données d’ici quatre à six semaines.