All news
|
Print
22 septembre 2006 - Media release

Les outils mis à disposition par INTERPOL considérés comme essentiels pour la coopération policière

RIO DE JANEIRO – Les délégués présents à la 75ème Assemblée générale d’INTERPOL ont approuvé un train de mesures visant à permettre aux policiers du monde entier de disposer des tout derniers moyens de lutte contre la criminalité afin de renforcer la coopération et d’accroître l’efficacité.

Les hauts responsables de l’application de la loi, parmi lesquels des chefs de police du monde entier, ont soutenu un train de mesures au cours des quatre jours qu’a duré la conférence de Rio de Janeiro, notamment le développement des enquêtes sur la criminalité liée à Internet et l’échange d’informations sur les filières internationales d’immigration clandestine.

D’autres décisions de première importance ont été prises comme l’approbation de la création de l’École INTERPOL anticorruption et la mise en évidence de la nécessité d’informer les autres pays membres par l’intermédiaire du Secrétariat général de l’organisation chaque fois que survient une évasion de terroristes présumés ou condamnés ou d’autres malfaiteurs susceptibles de constituer un danger pour la police et les citoyens n’importe où dans le monde.

"Il est manifeste que nous entrons dans une nouvelle phase du développement de notre organisation", a déclaré le Président d’INTERPOL, M. Jackie Selebi. "Les outils et la technologie dont disposent nos Bureaux centraux nationaux doivent être mis en commun avec les policiers qui se trouvent en première ligne de façon que l’ensemble des services chargés de l’application de la loi bénéficie de notre travail et de nos ressources internationales."

Les délégués ont également reconnu la nécessité, essentielle à leurs yeux, de veiller à ce que la Base de données d’INTERPOL sur les documents de voyage volés et perdus (SLTD) soit alimentée avec des informations régulièrement mises à jour afin d’en assurer l’efficacité lors des contrôles aux frontières.

"La technologie est de plus en plus utilisée par les malfaiteurs pour se livrer à toutes formes de criminalité et de terrorisme, et il est essentiel que nous, qui sommes la plus importante organisation de police au monde, accomplissions de plus grands progrès pour lutter contre cela", a déclaré le Secrétaire Général d’INTERPOL, M. Ronald K. Noble.

"Les policiers ont désormais accès à nos services et nos bases de données en appuyant sur un bouton. Ils peuvent vérifier instantanément si la personne qu’ils ont interceptée est un terroriste présumé ou un malfaiteur, ou si un passeport a été volé, et établir des liens avec des affaires partout dans le monde."

Les délégués se sont également félicités de la résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies se prononçant en faveur d’une intensification de la coopération avec INTERPOL afin de donner aux comités de l’ONU "les moyens de s’acquitter plus efficacement de leur mandat" et ont demandé au Secrétaire Général, M. Noble, de continuer à étudier des moyens de développer la coopération entre les deux organisations.

INTERPOL a créé l’année dernière une notice spéciale pour les individus faisant l’objet de sanctions imposées par l’ONU à l’encontre d’Al-Qaida et des Taliban. Plus de 250 Notices INTERPOL-Nations Unies de ce type ont déjà été publiées à l’intention des policiers du monde entier.

Les demandes d’adhésion à INTERPOL présentées par le Monténégro et Saint-Marin ont été acceptées par l’Assemblée générale, ce qui fait de ces pays les 185ème et 186ème membres.