Back
|
Print

Formation sur la lutte contre le trafic de matières nucléaires

3 - 5 décembre 2013, Antalya (Turquie)

ANTALYA (Turquie) – Promouvoir la coopération nationale et régionale interinstitutions, tel était le thème central de la Conférence INTERPOL sur la lutte contre le trafic de matières nucléaires, qui a réuni quelque 75 fonctionnaires venus de 13 pays du Caucase et d’Europe orientale.

La mise en place et le déploiement d’équipes spécialisées dans la lutte contre le trafic de matières nucléaires et autres matières radioactives – dans le but de limiter ces activités illicites – a également été au cœur des travaux lors de cette manifestation d’une durée de trois jours, à laquelle ont participé des représentants des services de police, de douane et des services chargés de contrôle aux frontières, des autorités de réglementation nucléaire, des administrations de santé publique, ainsi que des ministères de l’Intérieur et des Affaires étrangères.

Dans une allocution devant la conférence, le Directeur général adjoint de la Police nationale turque, M. Zeki Catalkaya, a déclaré que le terrorisme nucléaire est l’une des principales menaces qui pèsent sur les villes, et qu’assurer leur sécurité est de la plus grande importance.

« Aucun pays ne peut à lui seul affronter la menace et l’éliminer. Une collaboration régionale et internationale s’impose. Des armes de destruction massive sont présentes dans notre région ; la menace est donc pour nous bien réelle, et nous devons nous y préparer », a indiqué M. Catalkaya.

« Nous pensons qu’en travaillant avec des organisations internationales comme INTERPOL et les Nations Unies, nous pouvons acquérir des compétences et les développer ; cette conférence est à ce titre une bonne occasion pour élargir et échanger nos connaissances », a ajouté M. Catalkaya.

La lutte contre le trafic de matières nucléaires est l’un des principaux points du communiqué diffusé à l’issue du Sommet de Seoul sur la sécurité nucléaire de 2012, qui encourage les pays à échanger, par l’intermédiaire d’INTERPOL, des informations sur les individus se livrant au trafic de matières nucléaires et autres matières radioactives. Cette activité est coordonnée au travers de l’opérationFail Safed’INTERPOL, qui est l’expression concrète de la stratégie de l’Organisation en matière de lutte contre le trafic de matières nucléaires.

Les orateurs présents à la conférence représentaient les institutions suivantes : Agence internationale de l’énergie atomique, Bureau des affaires de désarmement des Nations Unies, Centre d’excellence lituanien pour la sécurité nucléaire, Commission européenne, Département d’État des États-Unis,Federal Bureau of Investigationdes États-Unis, Institut néerlandais de police scientifique, INTERPOL, Département de l’Énergie des États-Unis et Université de Salzbourg.

Les pays représentés étaient les suivants : Albanie, Arménie, Bulgarie, Géorgie, Jordanie, Kazakhstan, Kirghizistan, Moldova, Ouzbékistan, Roumanie, Tadjikistan, Turquie et Ukraine.