Back
|
Print

Ronald K. Noble

L'efficacité et la performance d’INTERPOL en tant qu’organisme mondial mettant en relation les services de police de ses 190 pays membres, dépendent de son sérieux, de son impartialité et de sa réactivité. Pour parvenir à un tel résultat, il faut également un Secrétaire Général dévoué, bénéficiant du ferme soutien du Comité exécutif ainsi que des chefs de police et des Bureaux centraux nationaux, et s’employant constamment à améliorer les outils et services qu’INTERPOL met à la disposition des organismes chargés de l'application de la loi du monde entier.

Ferme soutien du Comité exécutif et des Bureaux centraux nationaux

Élu pour la première fois le 3 novembre 2000 par l'Assemblée générale d'INTERPOL, M. Noble est devenu, à 44 ans, le plus jeune Secrétaire Général de toute l'histoire d'INTERPOL. À l’issue d’un deuxième mandat couronné de succès, il a été réélu à une écrasante majorité pour un troisième mandat de cinq ans, en 2010.

Élaboration d'outils de pointe à l'intention des Bureaux centraux nationaux

Pouvoir communiquer est essentiel pour le travail de police, en particulier au niveau international. Sous la direction de M. Noble, INTERPOL a mis au point I-24/7, le tout premier réseau mondial de communication policière sécurisée au monde. Ce réseau permet aux Bureaux centraux nationaux de tous les pays membres de communiquer en temps réel et d'accéder aux outils et services d'INTERPOL. Constatant l’existence de graves lacunes en matière de protection des frontières, M. Noble est à l'origine de la création de la seule base de données mondiale sur les documents de voyage volés et perdus, ainsi que des dispositifs MIND/FIND, qui permettent aux agents de première ligne d'accéder directement à cette base de données ainsi qu'à d'autres bases d’INTERPOL. L'Organisation a intensifié le soutien apporté aux pays membres en matière d'enquêtes et de police scientifique avec la mise en place de bases de données mondiales sur les terroristes présumés, les profils génétiques et les empreintes digitales.

Un appui opérationnel renforcé pour faire face aux défis de la criminalité du 21ème siècle

Au cours de la dernière décennie, les actes de terrorisme se sont multipliés et de nombreuses infractions d'un nouveau genre ont vu le jour avec l'essor d'Internet. INTERPOL s’est adapté à ces changements grâce à la création d’un Centre de commandement et de coordination opérationnel 24 heures sur 24, et au déploiement de plus de 170 cellules spécialisées pour aider les pays membres à faire face à des attentats terroristes, à des situations d'urgence, à des événements de grande ampleur, ou à identifier des victimes de catastrophes, notamment au lendemain du tsunami qui a frappé l’Asie. Plus fort sur le plan opérationnel, INTERPOL a mené plusieurs opérations internationales couronnées de succès, ciblant notamment des pédophiles, des fugitifs dangereux et des criminels de guerre, et apporté son soutien à d'importantes enquêtes sur des organisations criminelles transnationales. 

Créer des passerelles 

Depuis qu'il est Secrétaire Général, M. Noble s'est rendu dans 190 pays membres pour s'enquérir des préoccupations des chefs de B.C.N. ainsi que des hauts responsables gouvernementaux et de la police directement auprès des personnes concernées. Sous sa direction, l'Organisation a connu une période de croissance sans précédent, avec près de 90 nationalités représentées au Secrétariat général et dans les bureaux du monde entier. Ces dix dernières années, INTERPOL a ouvert de nouveaux Bureaux régionaux ainsi que des bureaux de liaison aux Nations Unies et à l'Union européenne, et resserré ses liens avec l'Union africaine, l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est, la Communauté des États indépendants, l'Organisation des États américains et d'autres organismes régionaux. M. Noble a consolidé le statut juridique d'INTERPOL et l'action de l'Organisation dans des domaines intéressant les Nations Unies, avec la création de la Notice spéciale INTERPOL-Conseil de sécurité de l'ONU et le renforcement du rôle de la police dans les opérations de maintien de la paix.

Une force qui réside dans la neutralité

Le Secrétaire Général a démontré son attachement sans réserve au respect du Statut d'INTERPOL, en particulier de l'article 3, qui interdit à l'Organisation toute activité présentant un caractère politique, racial, religieux ou militaire prédominant. Conscient du danger qui consisterait à tenir à l'écart certains pays dans la lutte contre la criminalité transnationale, M. Noble a veillé à ce que tous les pays membres soient reliés au réseau mondial de communication policière d'INTERPOL, y compris ceux faisant l'objet de sanctions internationales. Sous sa direction, INTERPOL a respecté la décision prise par ses pays membres européens d'organiser leur conférence régionale de 2006 malgré les préoccupations et les vives critiques exprimés par certains pays. Eu égard à sa réputation d’impartialité, INTERPOL s’est vu demander par un pays membre de procéder à une expertise technique exhaustive et transparente afin de l'aider à déterminer si les ordinateurs et le matériel informatique saisis dans un camp terroriste avaient fait l'objet de manipulations.

Préparer l’avenir

Pour l’avenir, INTERPOL continuera à aller de l’avant en s’appuyant sur ce qui a été accompli au cours des dix dernières années afin de répondre aux besoins des polices de ses pays membres. L'Organisation s’emploiera à élargir le champ de ses bases de données et à rendre celles-ci accessibles au plus grand nombre, au moyen d'outils novateurs tels que I-link, afin de permettre à davantage d'agents de première ligne de bénéficier de ses services dans davantage de lieux. Elle sera le fer de lance de l'innovation en matière de sécurité des documents, avec la création en cours du Document de voyage INTERPOL, qui vise à faciliter le travail essentiel accompli par ses fonctionnaires. Grâce à une planification stratégique mieux ciblée, INTERPOL continuera à mettre au point des solutions d'avant-garde mais efficaces au regard de leur coût pour faire face aux défis les plus pressants à l’heure actuelle en matière de criminalité. La création du Complexe mondial INTERPOL à Singapour – axé sur la lutte contre la cybercriminalité, le renforcement des capacités et les méthodes de pointe pour la détection des infractions et l'identification de leurs auteurs – permettra à l'Organisation de saisir les occasions où qu'elles se trouvent.

Expérience dans le domaine de l'application de la loi et parcours académique

Avant d’être élu Secrétaire Général, M. Noble était responsable de quatre des huit plus importants services d’application de la loi des États-Unis à l’époque : le Secret Service, le Service des douanes, le Bureau of Alcohol, Tobacco and Firearms (ATF) et la Division des enquêtes criminelles de l’Internal Revenue Service (administration fiscale). Il a débuté sa carrière dans ce domaine en tant que procureur fédéral spécialisé dans les affaires de criminalité organisée, de trafic de stupéfiants, d'escroquerie et de corruption. Dans les affaires portées devant les tribunaux, 100 % des individus poursuivis ont été condamnés. M. Noble est également professeur titulaire de droit à la faculté de droit de l’Université de New York. Il a obtenu son doctorat à la faculté de droit de l’Université de Stanford ainsi qu’une licence en économie et en gestion des entreprises à l’Université du New Hampshire, situées toutes deux aux États-Unis. Outre sa langue maternelle, l’anglais, M. Noble parle le français, l’espagnol et l’allemand.

Profile

First elected on 3 November 2000 Mr Noble became at the age of 44 the youngest Secretary General in INTERPOL’s history. Following two re-elections in 2005 and 2010 he stepped down from the post on 7 November 2014.

Prior to serving as INTERPOL's Secretary General, Mr Noble oversaw four of the US’s largest law enforcement agencies, including the US Secret Service, the US Customs Service, the Bureau of Alcohol, Tobacco and Firearms and the Internal Revenue Service’s Criminal Investigation Division.

Mr Noble, a fully tenured Professor at New York University School of Law, began his career in law enforcement as a federal prosecutor specializing in organized crime, drug trafficking, fraud and corruption cases.

Achievements

The initiatives below were carried out under the leadership of Ronald K. Noble during his tenure as INTERPOL Secretary General from 2000 to 2014.

Strengthening INTERPOL’s response to terrorism

The attacks in the USA of 11 September 2001 marked the dawning of a new era of global terrorism. In the wake of these attacks, Mr Noble saw the need for INTERPOL to modernize its tools and services and to operate on a 24/7 basis. Mr Noble set up the Command and Coordination Centre (CCC) at the General Secretariat in Lyon, France, to provide round-the-clock assistance to member countries. Ten years later, in 2011, the CCC was bolstered by a second operations room in Buenos Aires, Argentina, with a third site due to open in Singapore in 2015. 

The Fusion Task Force, established in 2002, offers practical tools to member countries in the fight against terror and extremism. By 2014, the Fusion Task Force database contained details of more than 8,000 individuals suspected of terrorism, with data contributed by 167 member countries. 

Created in 2005, the INTERPOL-United Nations Security Council Special Notice alerts law enforcement agencies worldwide to individuals or entities who are subject to UN sanctions such as asset freezes, travel bans or arms embargoes. The Special Notice combines the UN sanctions regime with INTERPOL’s well-established notice system into an effective global law enforcement tool.

Supporting police in the field

Under Mr Noble’s leadership, INTERPOL became more operational, deploying response teams to assist national police forces in the field. At the request of member countries, teams of experts can provide support with security arrangements for major events, crisis response, and the identification of victims of disasters.

In 2002, the first INTERPOL Major Events Support Team (IMEST) was deployed to the USA to assist with security arrangements for the Winter Olympic Games in Salt Lake City.

The first INTERPOL Incident Response Team (IRT) was also dispatched in 2002 to investigate a bombing incident in Bali, Indonesia.

Following the Asian Tsunami of December 2004, INTERPOL launched its largest-ever IRT and coordinated the international Disaster Victim Identification (DVI) response under INTERPOL’s globally accepted standards. This deployment took INTERPOL into new territory, beyond its traditional crime-fighting role. The team withdrew in February 2006, by which point, more than 3,000 of the 3,750 victims recorded at the centre in Thailand had been identified. By the time Mr Noble stepped down as Secretary General, some 100 IMESTS and 100 IRTs had been deployed across all regions of the world.

Improving the exchange of data

When he took up office, Mr Noble realized that instant, secure communications, along with revitalized databases and tools, were essential in order to improve the effectiveness of international policing.

I-24/7, a secure global internet-based communications system, was launched in 2003 to enable member countries to contact each other and the General Secretariat at any time. It provides the network through which member countries can connect to INTERPOL’s databases and share intelligence and data.

Since its inception in 2002, the Stolen and Lost Travel Documents database has helped countries to secure their borders and prevent criminals from moving freely between jurisdictions. A search takes less than a second to reveal whether a document is listed on the database. In 2014, the test phase of the I-Checkit project was launched, enabling the private sector to screen documents against the database.

In order to boost the exchange and comparison of forensic data, INTERPOL created the DNA Gateway in 2002. By 2014, some 180 countries used the database, with searches resulting in more than 1,600 matches in 2014 alone. The rapid expansion of this resource demonstrates the integral role it serves to member countries.

The colour-coded system of Notices was extended in 2004 with the addition of the Orange Notice. This alerts police worldwide to an event, a person, an object or a process that represents a serious and imminent threat to public safety.

Reinforcing the role of member countries

Mr Noble placed great importance on the activities and experiences of INTERPOL member countries. During his tenure, INTERPOL expanded to include 13 new member countries.

Mr Noble made it his mission to visit all INTERPOL member countries to see their needs first-hand in order to build stronger collaboration. Starting with Spain in November 2000, he visited Iceland – the 190th and final member country – in October 2014.

In Mr Noble’s final year at INTERPOL, the Heads of the National Central Bureaus (NCBs) held their 10th annual conference. Mr Noble was the driving force behind the creation of this conference, which allows the Heads of NCBs to come together to discuss common challenges and to ensure the work of the NCBs is at the core of INTERPOL actions. 

Bolstering operational support

As well as improving systems and data, Mr Noble promoted a more active role for INTERPOL in terms of supporting police around the world with operations in the field.

In 2007, Mr Noble took the decision to launch Operation Vico, INTERPOL’s first ever public appeal for information, after police channels had failed to identify a man featured in child sex abuse images on the Internet. Within hours of the man's photo being published on INTERPOL's website, members of the public on three continents named him as a Canadian national working in Korea. With police closing in, the suspect fled to Thailand, where he was arrested 11 days later.

INTERPOL’s ability to provide neutral, expert law enforcement assistance was demonstrated in 2008, following a request from Colombia. INTERPOL was asked to carry out an independent forensic analysis of computers and hardware seized during a raid on a Fuerzas Armadas Revolucionarias de Colombia (FARC) camp in Ecuador. The aim was to determine whether the equipment had been handled in accordance with international procedures and could therefore be used as evidence in legal proceedings. 

During his final weeks in office, Mr Noble was presented with the keys for the INTERPOL Global Complex for Innovation building in Singapore. This is the culmination of Mr Noble’s vision for a cutting-edge research and development facility for the identification of crimes and criminals. This new facility will focus on cybercrime, digital security and capacity building, and will house the third operations room of the Command and Coordination Centre, thereby strengthening INTERPOL’s global presence.

Ronald K. Noble, current Secretary General of INTERPOL

Secretary General

About the post of Secretary General

Statistical highlights of Ronald K. Noble’s mandates as INTERPOL Secretary General