All news
|
Print
05 août 2013

Améliorer l’efficacité des enquêtes menées au niveau régional sur le terrorisme radiologique et nucléaire au centre d’une conférence INTERPOL à Panama

PANAMA (Panama) – Quelque 60 fonctionnaires de neuf pays d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud ont participé à une réunion INTERPOL au Panama afin de mettre en place une approche coordonnée à l’échelle régionale aux fins de la lutte contre les actes de terrorisme commis au moyen de substances chimiques, biologiques, radiologiques, nucléaires et explosives (CBRNE).

Organisée par le Programme INTERPOL de prévention du terrorisme CBRNE et le Bureau central national INTERPOL de Panama, cette réunion de cinq jours (29 juillet - 2 août) visait à définir une méthodologie régionale fondée sur le renseignement et orientée vers la prévention pour enquêter efficacement sur les actes de terrorisme commis à l’aide d’armes, de substances et de technologies de type CBRNE.

Les discussions ont porté sur les opérations régionales de lutte contre le trafic de matières radioactives, les sources d’approvisionnement en matières radioactives et nucléaires, les mécanismes de réponse en cas d’attentat et les détecteurs de radiations utilisés dans le cadre des opérations CBRNE.

« Le risque de voir des terroristes utiliser des substances CBRNE est tout à fait réel, et il est essentiel que nous collaborions pour lutter contre cette menace si nous voulons que les Amériques – et le monde entier – demeurent un endroit sûr », a déclaré le Directeur de la Police panaméenne, M. Julio Molto.

Cette réunion INTERPOL, qui rassemblait – outre des policiers spécialisés dans la lutte contre le terrorisme CBRNE – des représentants des services régionaux chargés de l’application de la loi, des douanes, des services chargés des contrôles aux frontières, des autorités sanitaires et des services de lutte contre l’incendie, a donné lieu, entre autres, à des exercices pratiques, à l’étude de cas pratiques et à une présentation des systèmes de détection mobiles.

« Pour lutter contre la menace que représentent les matières dangereuses pour la sécurité de la région, une approche concertée au niveau régional entre les différents acteurs de la sécurité publique est nécessaire », a indiqué le responsable du Programme CBRNE d’INTERPOL, M. Anthony Thomas.

« Cette réunion a permis aux pays d’avoir une vue d’ensemble de la menace liée au terrorisme radiologique et nucléaire dans la région, et de mieux savoir comment collaborer avec plus d’efficacité pour la combattre. »

Un questionnaire de suivi sera adressé aux participants dans un délai de six mois pour permettre aux pays de la région de définir les mesures à mettre en place aux fins de la prévention du terrorisme CBRNE.