All news
|
Print
10 juin 2013

L’Opération STOP d’INTERPOL cible les filières d’immigration illégale au Rwanda

KIGALI (Rwanda) – Une opération de police internationale menée par la police rwandaise en coordination avec INTERPOL, à l’aéroport international de Kigali, a donné lieu à plusieurs milliers de vérifications de passeports en vue de cibler les réseaux criminels et les immigrants clandestins utilisant des documents de voyage frauduleux pour entrer sur le territoire rwandais.

Coordonnée par la Sous-direction Trafic d’êtres humains (THB) d’INTERPOL dans le cadre de son programme STOP (Smuggling Training Operation Programme), avec l’aide du Bureau régional INTERPOL de Nairobi, cette opération de deux jours (29 et 30 mai) a été précédée d’une formation intensive visant à familiariser les fonctionnaires des services de police et d’immigration avec l’utilisation des bases de données criminelles mondiales de l’Organisation, utiles pour repérer les personnes appartenant à des filières d’immigration clandestine.

« Il s’agit d’un programme tactique destiné à renforcer les compétences des agents chargés des contrôles aux frontières en matière d’inspection ainsi que de détection des immigrants clandestins », a déclaré le Chef du service des Enquêtes criminelles, M. Christopher Bizimungu, intervenu en ouverture de la formation. « Cette opération ainsi que la mise en œuvre des outils et services d’INTERPOL à l’aéroport international de notre capitale aident à renforcer la sécurité nationale en protégeant mieux nos frontières, a-t-il ajouté. »

Lors de l’opération, des fonctionnaires des services de police et d’immigration rwandais ont travaillé en coordination avec le Secrétariat général d’INTERPOL et son Bureau central national de Kigali. Les passeports de plus de 6 500 voyageurs internationaux entrants et sortants ont fait l’objet de vérifications dans la base de données d’INTERPOL sur les documents de voyage volés et perdus, qui contient des enregistrements sur quelque 37 millions de documents de 166 pays. Les vérifications effectuées sur les noms dans les bases mondiales d’INTERPOL durant l’opération ont donné lieu à d’autres contrôles dont le suivi est actuellement assuré par les services nationaux chargés de l’application de la loi.

« Un système de contrôle aux frontières solide et pleinement opérationnel est le seul moyen de détecter et de prévenir les activités illégales. Le Rwanda dispose désormais de l’expertise et des outils de police essentiels pour assurer une prévention et une répression efficaces des activités auxquelles se livrent les filières d’immigration illégale », a déclaré M. Didier Clergeot, l’officier spécialisé qui a coordonné l’opération dans le cadre de l’Initiative INTERPOL de gestion intégrée des frontières.

L’Opération STOP a pour principal objectif d’aider les pays africains à adopter une approche globale de la lutte contre le trafic d’êtres humains en renforçant les capacités opérationnelles de la police tant au niveau national que régional. La mise en œuvre de l’Opération STOP à Kigali implique que le réseau mondial de communication policière sécurisée d’INTERPOL, I-24/7, est désormais opérationnel en permanence dans le plus grand aéroport rwandais. Il est actuellement prévu d’élargir l’accès aux bases de données d’INTERPOL au niveau national – une étape décisive en vue de renforcer la capacité du pays à identifier et à démanteler les filières d’immigration clandestine et, à terme, à détecter d’autres activités criminelles.