All news
|
Print
29 septembre 2011 - Media release

Une opération mondiale cible la vente en ligne de médicaments illicites et de contrefaçon dans le monde entier

L’Opération Pangea IV, menée avec le soutien d’INTERPOL, met en lumière le risque qui existe pour le public à acheter des médicaments illicites sur Internet


LYON (France) – Dans le cadre de la plus vaste opération de ce type jamais menée, 81 pays ont participé à une semaine internationale d’action contre la vente de médicaments illicites et de contrefaçon sur Internet, qui a donné lieu à plusieurs dizaines d’arrestations et à la saisie, aux quatre coins du globe, de 2,4 millions de médicaments potentiellement dangereux, d’une valeur de 6,3 millions d’USD.

L’Opération Pangea IV (20 - 27 septembre), destinée à soutenir l’action du Groupe spécial international anticontrefaçon de produits médicaux (IMPACT), a été menée avec la participation des services de police, des douanes et des organismes nationaux de contrôle des médicaments, ainsi qu’avec l’appui de fournisseurs d’accès à Internet (FAI), de fournisseurs de systèmes de paiement et de sociétés de messagerie. Elle visait à perturber les réseaux criminels et les activités liés à la vente de faux médicaments sur Internet – notamment les escroqueries aux cartes de paiement –, et à sensibiliser le public aux risques pour la santé associés à l’achat de médicaments en ligne.

Cette opération mondiale avait pour cible les trois principaux éléments utilisés par les sites Web commerciaux illégaux, à savoir : les fournisseurs d’accès à Internet (FAI), les systèmes de paiement et les services de messagerie. Elle a été coordonnée par INTERPOL, l’Organisation mondiale des douanes (OMD), le Permanent Forum on International Pharmaceutical Crime (PFIPC), le Heads of Medicines Agencies Working Group of Enforcement Officers (HMA WGEO), ainsi que par la Pharmaceutical Security Industry (PSI) et le secteur des moyens de paiement électroniques.

« Grâce au succès de l’Opération Pangea IV, les pays membres et les partenaires d’INTERPOL ont donné la preuve qu’Internet n’est pas un lieu sûr garantissant l’anonymat des trafiquants de médicaments illicites », a déclaré le Secrétaire Général d’INTERPOL, M. Ronald K. Noble.

« L’Opération Pangea IV avait pour principal objectif de susciter une mobilisation intersectorielle afin d’aider les autorités et les parties prenantes, dans les 188 pays membres d’INTERPOL, à fermer des sites Web proposant des produits pharmaceutiques illicites, à suivre les mouvements d'argent et à remonter jusqu'aux personnes responsables de la vente de ces produits, qui représentent une si grande menace pour la santé des populations. »

« Nous remercions le personnel de la police, des douanes et des autorités de contrôle des médicaments des 81 pays qui ont participé à l’opération. En particulier, la coordination étroite et efficace entre les services de police et de douane a montré la marche à suivre pour lutter contre la vente illicite de médicaments sur Internet, et le soutien apporté au quotidien par les autorités de contrôle des médicaments du Royaume-Uni et des États-Unis ainsi que par les représentants du service de l’immigration et des douanes des États-Unis a également été déterminant pour la réussite de l’Opération Pangea IV », a ajouté le chef d’INTERPOL.

Au cours de cette semaine de surveillance sur Internet, qui a vu les pays participants transmettre des informations à un centre d'opérations spécialisé au siège du Secrétariat général d'INTERPOL, à Lyon, près de 13 500 sites Web utilisés pour des activités illicites ont été fermés. En outre, quelque 45 500 colis ont été inspectés par des agents des douanes et des organismes de contrôle des médicaments, sur lesquels près de 8 000 ont été saisis et 2,4 millions de comprimés illicites et de contrefaçon – notamment d’antibiotiques, de stéroïdes, d’anticancéreux, d’antidépresseurs, d’anti-épileptiques, de médicaments pour maigrir et de compléments alimentaires – provenant de 48 pays ont été confisqués. Quelque 55 personnes font actuellement l’objet d’une enquête ou sont en détention pour diverses infractions, notamment la production, la vente et la fourniture illicites de médicaments non autorisés ou délivrés uniquement sur ordonnance.

« Nous ne pouvons mettre un terme à la vente en ligne de médicaments illicites sans une action internationale cohérente, constante et collective impliquant tous les secteurs. L’opération elle-même n’a été rendue possible que grâce aux efforts conjugués des 165 services participants, qui ont mis en commun et échangé des informations en direct par l’intermédiaire du siège d’INTERPOL, à Lyon », a indiqué la responsable du service Contrefaçon de produits médicaux et criminalité pharmaceutique (MPCPC) d’INTERPOL, Mme Aline Plançon.

« Nous espérons également qu’en sensibilisant les consommateurs aux dangers des pharmacies illégales sévissant sur Internet, ils se montreront plus circonspects lors de l'achat de médicaments en ligne », a ajouté Mme Plançon.

Plusieurs enquêtes sont toujours en cours, et les résultats définitifs de l’Opération Pangea IV seront communiqués à l’issue de celles-ci.

Dans le cadre du service d’alerte du public mis en place par l’organisation mondiale de police, INTERPOL a mis en ligne sur YouTube une série de vidéos sur le thème « Don’t Be Your Own Killer » (« Ne devenez pas votre propre meurtrier ») pour attirer l’attention sur les dangers des pharmacies illégales sur Internet.