All news
|
Print
15 juillet 2011 - Media release

Le Honduras va améliorer la protection de ses frontières grâce à un accès plus large aux bases de données d'INTERPOL

TEGUCIGALPA (Honduras) – La décision prise par le ministère de la Sécurité du Honduras d’ouvrir l’accès aux bases de données mondiales d’INTERPOL, mais aussi d’encourager tous les autres pays d’Amérique centrale à faire de même, a été saluée comme un progrès important pour la sécurité régionale par le Secrétaire Général d’INTERPOL, M. Ronald K. Noble.

Au cours de leur entretien jeudi, le ministre Oscar Alvarez a déclaré au chef de l’organisation mondiale de police que la Police nationale hondurienne allait renforcer sa coopération avec INTERPOL afin d’accroître ses capacités en matière de contrôles aux frontières, en rendant la base de données d’INTERPOL sur les documents de voyage volés et perdus (SLTD) accessible dans tout le pays.

« Il nous semble important de barrer la route à la criminalité transnationale, et le Honduras dispose de la volonté politique et de l’autorité régionale nécessaires pour entreprendre ce combat », a déclaré M. Alvarez.

« La région traverse une période difficile à cause de la criminalité organisée, et le soutien d’INTERPOL au Honduras afin d’améliorer ses capacités en matière de contrôles aux frontières est ce dont nous avons besoin pour mieux lutter contre cette menace », a ajouté le ministre.

En 2010, le Honduras a mis en place une solution technique développée par INTERPOL qui permet aux membres des services de police nationaux de vérifier instantanément, en interrogeant en temps réel la base de données SLTD d’INTERPOL, si une personne essaie d’entrer dans le pays avec un document de voyage frauduleux. Cette base de données contient à l’heure actuelle plus de 28 millions d’enregistrements provenant de 157 pays.

M. Noble a déclaré que la décision de M. Alvarez d’instaurer une collaboration plus étroite entre les services de police de son pays et INTERPOL, et d’encourager les autres pays de la région à ouvrir l’accès aux bases de données d’INTERPOL, constitue une preuve évidente de l’engagement du Honduras en faveur de la sécurité nationale, régionale et mondiale.

« Le Honduras est un pays clé en Amérique centrale s’agissant de lancer et de diriger les actions régionales en matière de sécurité », a souligné M. Noble.

« L’accès de la police nationale aux bases de données mondiales d’INTERPOL est une priorité, et nous allons œuvrer pour que les raccordements soient opérés et les formations nécessaires dispensées. Une fois cette tâche accomplie dans tout le Honduras, le résultat pourra servir de modèle à l’ensemble des pays d’Amérique centrale », a conclu le chef d'INTERPOL.

En 2010 déjà, les pays raccordés ont effectué plus de 300 millions de recherches dans la base de données SLTD d’INTERPOL, obtenant plus de 23 000 signalements positifs concernant des personnes qui voyageaient avec des documents déclarés perdus ou volés.