All news
|
Print
19 décembre 2011

INTERPOL aux avant-postes de la lutte contre les marchés clandestins d’espèces sauvages en Asie

BANGKOK (Thaïlande) ‒ Une récente opération coordonnée par INTERPOL a porté un coup sévère aux réseaux internationaux de trafiquants d’espèces sauvages à l’œuvre en Asie. Cette opération visant le commerce illicite d’espèces menacées a donné lieu à des perquisitions, à des arrestations et à des enquêtes dans toute la région.

Au cours de l’opération baptisée « Stocktake », menée du 1er au 12 décembre avec l'appui du programme INTERPOL sur les atteintes à l'environnement, les services chargés de l'application de la loi de l'Inde, de l'Indonésie, de la Malaisie et de la Thaïlande ont inspecté des marchés, des restaurants et des magasins afin d’identifier les personnes se livrant au commerce d’espèces sauvages menacées – par exemple en proposant à la consommation de la viande issue de ces espèces – parallèlement à la vente de produits autorisés.

En Inde, l’Office de lutte contre les atteintes aux espèces sauvages (Wildlife Crime Control Bureau) a effectué des perquisitions dans 37 magasins et arrêté 10 suspects, qui font maintenant l’objet de procédures pénales pour commerce d’articles tels que l’ivoire ou les griffes de léopard. Un certain nombre d’oiseaux ont été saisis à titre de preuves, ainsi que des animaux marins tels que des concombres de mer et des coquillages.

Des agents du Service de la criminalité spécialisée de la Police nationale indonésienne ont coordonné l’opération depuis Jakarta. La Police régionale du Kalimantan oriental a arrêté quatre personnes soupçonnées d’avoir tué des orangs-outans. Elle a également mis la main sur des armes à feu et sur ce que l’on pense être des os d’orangs-outans.

En Malaisie, les contrôles effectués dans 21 magasins et restaurants par des agents du Service de protection de la nature et des parcs nationaux ont abouti à l’inculpation de quatre personnes pour détention d’espèces protégées. L’un des restaurants contrôlés vendait de la viande de porc-épic, de civette et de sanglier.

En Thaïlande, les agents du service de police chargé de la protection des ressources naturelles et de la lutte contre la criminalité de l’environnement ont concentré leurs efforts sur le marché Chatuchak de Bangkok, connu pour être une plaque tournante du trafic d’espèces sauvages. Les enquêteurs exploitent actuellement les renseignements recueillis lors de l’opération et les investigations se poursuivent.

« Cette opération illustre toute l’importance du réseau mondial d’INTERPOL pour la coordination des opérations de lutte contre des formes de criminalité transnationale telles que le trafic d’espèces sauvages. Grâce à la coopération de ses 190 pays membres, INTERPOL aide à combattre des activités criminelles qui sont une menace pour la sécurité de l’environnement et la santé humaine à l’échelle mondiale », a déclaré Bernd Rossbach, Directeur exécutif par intérim des Services de police à INTERPOL.

Les quatre pays qui ont participé à l’opération Stocktake ont mis au jour des activités criminelles transnationales et travaillent actuellement avec INTERPOL pour assurer le suivi des pistes internationales.

Justin Gosling, officier d’INTERPOL chargé de la lutte contre les atteintes aux espèces sauvages en poste à Bangkok (Thaïlande), a indiqué que l’opération Stocktake inaugurait avec succès une série d’actions ciblant les marchés régionaux d’espèces sauvages, lesquels mettent en danger la survie de ces espèces mais également la santé publique de par les zoonoses – maladies animales transmissibles à l’homme – qu’ils sont susceptibles de propager.