All news
|
Print
20 décembre 2010 - Media release

La police du Gabon secourt 140 enfants victimes de trafic et soumis au travail forcé lors d’une opération coordonnée par INTERPOL

LIBREVILLE (Gabon) – Plus de 140 enfants de 10 pays différents, victimes de trafic et forcés à travailler sur des marchés locaux, ont été secourus par la police du Gabon au cours d’une opération menée par INTERPOL et baptisée Bana.

44 personnes ont été interpellées dans le cadre de cette opération – la première du genre en Afrique centrale –, qui s’est déroulée du 9 au 11 décembre.

Au cours de l’opération, des équipes de policiers ont contrôlé des étals de marché dans la capitale, Libreville, où des enfants – dont certains n’avaient parfois que 6 ans – étaient employés à différentes tâches, allant du transport de marchandises lourdes à la vente de produits.

Les enfants ont été pris en charge par les services sociaux à la suite de l’opération, menée par la police avec l’appui de plusieurs ministères – Santé, Affaires sociales, Travail, Affaires étrangères –, d’organisations non gouvernementales et de travailleurs sociaux.

Les enquêtes se poursuivent et les autorités du Gabon se sont engagées à mener régulièrement des opérations analogues pour identifier les enfants victimes de travail forcé, leur porter secours et s’assurer qu’ils sont scolarisés comme il se doit.

« Le succès de cette opération, qui a permis d’identifier des enfants soumis au travail forcé et de les secourir, est un solide point de départ, et la décision du Gabon de poursuivre dans cette voie permettra de sauver des centaines d’autres enfants », a déclaré Jon Eyers, le Sous-directeur d’INTERPOL en charge de la lutte contre le trafic d’êtres humains.

« L’opération Bana montre clairement les résultats que l’on peut obtenir en coordonnant les ressources et le soutien apportés aux polices nationales afin de protéger les enfants du trafic et de l’exploitation », a ajouté M. Eyers, dont le service avait coordonné des opérations analogues au Burkina Faso en octobre, ainsi qu’en Côte d’Ivoire.

Ces trois opérations ont été menées dans le cadre du programme OASIS (pour Operational Assistance, Services and Infrastructure Support – Assistance opérationnelle, services et soutien en matière d’infrastructure) d’INTERPOL, mis sur pied à l’intention des services de police d’Afrique et financé par l’Allemagne. Il vise à aider les pays africains à adopter une approche globale et intégrée de la lutte contre la criminalité du 21ème siècle, en renforçant les capacités opérationnelles de la police dans la région et en donnant davantage de moyens aux pays membres d’INTERPOL pour faire face aux menaces criminelles à l’échelle nationale, régionale et mondiale.

Préalablement à l’opération Bana, INTERPOL avait organisé des ateliers dans son Bureau régional du Cameroun et son Bureau central national de Libreville, afin de former les policiers de terrain dans différents domaines, notamment les techniques spéciales d’interrogatoire.