All news
|
Print
15 décembre 2010 - Media release

La lutte contre la criminalité organisée dans le Sud-Est de l'Europe au centre d'une réunion de chefs de police à INTERPOL

LYON (France) – Les chefs de police des pays du Sud-Est de l’Europe sont actuellement réunis au Secrétariat général d’INTERPOL pour définir les moyens de renforcer la coopération aux fins de la lutte contre la criminalité organisée dans cette région.

La réunion, qui rassemble plus de 70 hauts représentants des services chargés de l'application de la loi de 25 pays, ainsi que des représentants d’organisations internationales comme Europol, l’Organisation des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) et la Commission européenne, portera sur un ensemble de questions telles que le trafic de stupéfiants, le trafic d’êtres humains et le terrorisme.

En ouvrant officiellement la conférence, Mme Mireille Ballestrazzi, récemment élue Vice-présidente d’INTERPOL pour l’Europe, a déclaré que l’Organisation avait un rôle important à jouer en soutenant les activités de police au niveau régional par des initiatives telles que le Projet BESA dirigé contre les réseaux criminels dans le Sud-Est de l’Europe. Ce projet a permis, au début du mois, d’arrêter 18 personnes pour trafic d’héroïne.

« Nous avons vu la criminalité organisée poursuivre sa progression et accroître son pouvoir, non seulement dans le Sud-Est de l’Europe, mais dans toute l’Europe de l’Ouest, dans les Amériques, en Afrique et au Moyen-Orient. Une réponse au niveau mondial est donc nécessaire, réponse qu’INTERPOL est idéalement placé pour fournir », a déclaré Mme Ballestrazzi.

« La présence aujourd’hui de nombreux membres de l’Association des Chefs de police d’Europe du Sud-Est (SEPCA) témoigne de l’importance qu’ils attachent à une démarche collective et collaborative de niveau régional face à la criminalité organisée, mais aussi de la confiance qu’ils accordent aux outils et au soutien opérationnel d’INTERPOL », a-t-elle ajouté.

Lancé en 2009, le Projet BESA d’INTERPOL apporte une assistance aux pays membres d’Europe du Sud-Est dans plusieurs domaines importants, parmi lesquels la création d’un réseau d’officiers dans chaque pays participant, l’accès aux outils et services mondiaux d’INTERPOL – notamment à son réseau mondial de communication policière sécurisée – et le soutien en matière d’analyse, d’opérations et d’enquêtes.

Le Directeur de la police de l’ex-République yougoslave de Macédoine et Président actuel de la SEPCA, M. Ljupco Todorovski, a déclaré que le Projet BESA met en évidence la nécessité d’une coopération internationale soutenue par les services de police nationaux.

« Le plus important pour les services de police de la région, pour la SEPCA et pour nous tous est non seulement d’échanger des données, mais aussi de trouver le moyen d’exploiter au mieux les études et les analyses réalisées afin d’aider les enquêteurs », a indiqué M. Todorovski.

« La création d’un réseau d’officiers par l’intermédiaire du Projet BESA constitue un outil et une méthode de travail ayant fait leurs preuves dans la lutte contre la criminalité organisée transnationale.»

Le Projet BESA a jusqu’à présent permis d’arrêter plus de 200 suspects, de saisir plus d’une demi-tonne de drogues illégales comme l’héroïne et la méthamphétamine, ainsi que des armes allant des fusils automatiques jusqu’aux lance-roquettes et aux explosifs.