All news
|
Print
13 juillet 2010 - Media release

Coupe du monde de la FIFA 2010 : une réussite sur le plan de la sécurité pour l’Afrique du Sud confirme INTERPOL

LYON (France) – À l’issue de la Coupe du monde de la FIFA 2010, durant laquelle l’Afrique du Sud a accueilli plus d’un million de visiteurs sans incident majeur, le Secrétaire Général d’INTERPOL, M. Ronald K. Noble, a confirmé le succès des efforts déployés par le gouvernement sud-africain, en collaboration avec INTERPOL et de nombreux services d’application de la loi étrangers, afin d’assurer la sécurité des participants et des spectateurs dans tout le pays.

Pour l’occasion, INTERPOL a déployé la plus importante Cellule de soutien aux grandes manifestations (IMEST) de son histoire, composée de 50 fonctionnaires expérimentés de 32 pays, afin d’aider la police sud-africaine avant et pendant la compétition.

Postés dans tous les aéroports et à tous les points de contrôle aux frontières du pays, les membres de cette Cellule de soutien étaient également présents dans les hôtels et dans les stades pour aider à effectuer des vérifications instantanées dans les bases de données mondiales d’INTERPOL.

« Le travail exhaustif de préparation et de planification accompli par le Service de police d’Afrique du Sud pour assurer la sécurité de la Coupe du monde de la FIFA 2010 a de toute évidence porté ses fruits puisqu’aucun incident majeur n’a été à déplorer dans le pays organisateur », a déclaré M. Noble à la suite de sa visite au Centre international de coordination policière de Pretoria.

« INTERPOL est heureux d’avoir participé à cette opération de sécurité d’envergure aux côtés de nombreux services d’application de la loi et d’avoir apporté son soutien à la police sud-africaine, aux habitants de l’Afrique du Sud ainsi qu’aux milliers de touristes qui ont pu profiter des matchs en toute sécurité », a déclaré le Directeur exécutif des Services de police d’INTERPOL, M. Jean-Michel Louboutin, qui dirigeait la Cellule de soutien aux grandes manifestations présente en Afrique du Sud.

« L’Afrique du Sud a placé la barre très haut en matière de communications et de procédures de sécurité, permettant à INTERPOL d’utiliser ses ressources afin d’apporter son soutien à cette entreprise. Cette expérience est un modèle en matière de préparation et de procédures de police pour les futurs grands événements sportifs », a ajouté M. Louboutin.

Grâce à la Cellule de soutien et au Centre de commandement et de coordination (CCC) – opérationnel 24 heures
sur 24 – du Secrétariat général d’INTERPOL, dont le siège est à Lyon, la police sud-africaine a pu effectuer des recherches instantanées dans les bases de données mondiales de l’Organisation, notamment celle sur les documents de voyage volés et perdus (SLTD) – qui contient quelque 22 millions d’enregistrements, parmi lesquels plus de 12 millions concernent des passeports – et celle sur les véhicules volés (SMV) – qui contient plus de sept millions d’enregistrements. Plus de 600 000 vérifications ont été effectuées, mettant en évidence près de 100 concordances avec le contenu des bases de données nominatives, SLTD et SMV d’INTERPOL.

Parmi les principales arrestations figure celle de Mouamba Munanga, un citoyen de la République démocratique du Congo recherché par la France et Bahreïn pour faux monnayage, association de malfaiteurs et blanchiment de fonds, qui a été arrêté le 16 juin en Afrique du Sud dans le cadre de l’Opération INFRA-RED (pour International Fugitive Round-Up and Arrest – Red Notices) d’INTERPOL visant 450 fugitifs recherchés par 29 pays membres.

La Cellule de soutien aux grandes manifestations a également apporté son aide au Service de police d’Afrique du Sud (SAPS) dans le cadre d’une enquête sur un possible atelier de fabrication de faux passeports situé dans la capitale du pays – Pretoria –, qui a abouti à l’arrestation de 21 personnes pour distribution de faux documents.

Outre les activités menées sur le terrain en Afrique du Sud, une opération coordonnée par INTERPOL – baptisée SOGA III et visant les paris illégaux sur le football en Asie contrôlés par des bandes organisées – a d’ores et déjà abouti à plus de 3 000 arrestations et à la saisie de près de deux millions d’USD. Les résultats complets de cette opération conjointe, à laquelle participent des fonctionnaires chinois (y compris de Hong Kong et de Macao), malaisiens, singapouriens et thaïlandais, seront communiqués à l’issue de l’opération.