All news
|
Print
12 juillet 2010 - Media release

INTERPOL condamne les attentats meurtriers perpétrés contre des supporters de football en Ouganda

L’organisme mondial de police va déployer une équipe de soutien à la demande du chef de la police ougandaise


LYON (France) – Le Secrétaire Général d’INTERPOL, M. Ronald K. Noble, a condamné les attentats perpétrés dimanche à Kampala contre des supporters réunis pour regarder la finale de la Coupe du monde de football, les qualifiant d’actes « méprisables et lâches », et a promis le soutien plein et entier de l’organisme mondial de police à l’enquête menée par les autorités ougandaises.

À la demande du chef de la police ougandaise, le Major General Kale Kayihura, INTERPOL va déployer une Cellule de crise (IRT) en Ouganda afin d’apporter une aide sur le terrain à l’enquête concernant les explosions survenues dans un club de rugby et dans un restaurant de la capitale, qui ont fait plus de 70 morts et au moins 70 blessés.

« Ces attaques contre des victimes innocentes qui voulaient seulement passer un bon moment en regardant la finale de la Coupe du monde doivent être condamnées de la manière la plus énergique, et ceux qui en sont à l’origine ne peuvent être considérés que comme des lâches », a déclaré le Secrétaire Général Noble.

« INTERPOL apportera son soutien plein et entier, en réponse à la demande du Major General Kayihura, à l’enquête visant à identifier et à traduire en justice les responsables de ces attentats meurtriers », a ajouté le chef de l’Organisation.

« Nos pensées et nos condoléances vont aux familles et aux amis de ceux qui ont été tués ou blessés au cours de ces attaques ignobles », a indiqué M. Noble.

Immédiatement après les attentats, le Centre de commandement et de coordination d’INTERPOL, opérationnel 24 heures sur 24 au Secrétariat général de l’Organisation, à Lyon, a pris contact avec le Bureau central national (B.C.N.) de Kampala.

Parallèlement au déploiement d’une équipe à Kampala, INTERPOL s’assurera que tous les messages envoyés par ses 188 pays membres relativement à ces attentats seront traités en priorité.