All news
|
Print
01 mars 2009 - Media release

INTERPOL diffuse une alerte internationale à la suite d’une évasion massive en Côte d'Ivoire

LYON (France) – Une alerte sécurité internationale, ou « Notice orange », a été diffusée par INTERPOL à la suite de l’évasion de 86 prisonniers en Côte d'Ivoire.

Le Centre de commandement et de coordination (CCC) du Secrétariat général de l’O.I.P.C.-INTERPOL (Lyon) a publié l’alerte mondiale à la demande du Bureau central national (B.C.N.) d’Abidjan (Côte d’Ivoire), à la suite de l’évasion récente de 97 détenus de la prison d’Abengourou, située non loin de la frontière ghanéenne. Onze des évadés ont entre-temps été repris.

Avant l’évasion, les 86 fugitifs étaient considérés comme très dangereux pour la population civile et les forces de l’ordre, eu égard aux infractions pour lesquelles ils avaient été incarcérés, notamment le meurtre, le viol et l’appartenance à une organisation criminelle.

Diffusée aux 187 pays membres d’INTERPOL via I-24/7, le système mondial de communication policière sécurisée de l’Organisation, la Notice orange comporte les éléments d’identité de chacun des fugitifs, afin d’aider les services chargés de l’application de la loi du monde entier à retrouver les individus en question, puis à les identifier une fois localisés et arrêtés. La Notice orange recommande également vivement aux pays membres de l’Organisation d’alerter les services chargés des contrôles aux frontières concernés, ainsi que les unités spécialisées dans la recherche des fugitifs.

« Mettre à la disposition des policiers sur le terrain des informations et éléments d’identification essentiels permet de limiter considérablement les possibilités de déplacement transfrontalier d’un malfaiteur en fuite, et contribue ainsi aux efforts déployés pour le localiser et l’arrêter », a déclaré Ronald K. Noble, le Secrétaire Général d’INTERPOL.

« En faisant appel à INTERPOL, les autorités de Côte d’Ivoire sont sûres que tous les pays membres de l’Organisation ont été informés que ces hommes sont dangereux et que leurs activités posent un problème de sécurité, non seulement pour la Côte d’Ivoire mais pour l’ensemble de la région ».

« Nous félicitons donc les autorités ivoiriennes d’avoir décidé d’alerter la communauté mondiale des services chargés de l’application de la loi de l’évasion de ces dangereux individus », a conclu le Secrétaire général.

La réaction rapide d’INTERPOL à la demande de la Côte d’Ivoire a été facilitée par la présence à Abidjan de la Cellule de soutien aux grandes manifestations (IMEST), dans le cadre de la première édition du Championnat d'Afrique des nations (CHAN).

Cette alerte est la 31ème diffusée au cours des 12 derniers mois par INTERPOL à ses pays membres pour les informer de l’évasion de prisonniers dangereux.

La Notice orange peut être publiée par le Secrétariat général d’INTERPOL, dont le siège est à Lyon, concernant tout acte ou événement représentant un risque pour la sécurité et la sûreté des citoyens du monde entier.