Back
|
Print

Pédocriminalité

La pédocriminalité est une forme de criminalité « locale », les infractions qui en relèvent étant essentiellement commises au domicile ou dans la famille de la victime. Elle prend néanmoins une dimension internationale dans un certain nombre de cas : 

  •  Infractions commises au moyen d’Internet : Les infractions pédosexuelles sont facilitées par Internet, son utilisation accrue au cours des dernières années ayant entraîné leur explosion. Les auteurs peuvent non seulement diffuser et consulter plus facilement des contenus à caractère pédosexuel, mais ils peuvent également entrer directement en contact avec des enfants par l’intermédiaire des sites de conversation en ligne et des réseaux sociaux. Nous menons actuellement, en collaboration avec les fournisseurs d’accès à Internet, un projet visant à  bloquer l'accès aux contenus pédopornographiques sur Internet
  •  Délinquants sexuels itinérants : Également connue sous le nom de « tourisme sexuel », cette forme de criminalité désigne la commission d’abus sexuels sur des enfants de pays en développement par des individus de passage. Du fait de la richesse relative du délinquant et du manque de compréhension ou de législation efficace, ces abus peuvent être commis plus facilement que dans d’autres pays. Les infractions de ce type sont liées au trafic d’enfants, à la criminalité organisée et au meurtre.

Ces formes de criminalité constituent un défi de taille pour les services de police partout dans le monde, et nécessitent des compétences spécialisées et des ressources importantes. INTERPOL encourage les enquêteurs du monde entier à exploiter au maximum ses outils et services :

  •  Identification des victimes : Nous œuvrons à identifier les enfants victimes d’abus sexuels apparaissant sur des photos et dans des films. Cette tâche nécessite d’associer des méthodes d’enquête traditionnelles et des analyses d’images. La base de données internationale sur l’exploitation sexuelle des enfants, qui utilise un logiciel très élaboré de comparaison d’images permettant d’établir des liens entre des victimes et des lieux, est à cet égard un outil indispensable.
  •  Notices jaunes : Si un pays membre en fait la demande, INTERPOL peut publier une notice jaune pour aider à localiser des personnes disparues, en particulier des mineurs. Ces notices sont diffusées au niveau international et enregistrées dans la base de données d’INTERPOL concernant les enfants disparus ou enlevés.

Nous dispensons en outre des formations et encourageons les services de police de nos pays membres à utiliser les pratiques recommandées. Nous réunissons des experts au sein du Groupe spécialisé d’INTERPOL sur la criminalité contre l’enfance. Créé en 1992, ce groupe est composé de plusieurs sous-groupes chargés de travailler sur des sujets précis et présidés par des enquêteurs du monde entier.

Nous travaillons par ailleurs en lien étroit avec d’autres organismes gouvernementaux et non gouvernementaux spécialisés et participons à de nombreux programmes de formation et projets partout dans le monde. Nous avons notamment établi des partenariats avec le  CIRCAMP (COSPOL Internet Related Child Abuse Material Project) et la  Virtual Global Taskforce.

Il est à noter que nous évitons d’utiliser le terme « pédopornographie » pour décrire des images d’abus sexuels commis sur des enfants. D’autres  termes plus appropriés existent, parmi lesquels « contenus à caractère pédosexuel ».

Nouvelles












Fiche pratique

Notices jaunes

Consulter la  base de données INTERPOL sur les personnes disparues, dans laquelle figurent des mineurs.